Goto main content

« De nouveaux camps chaque jour »

Urgence
Syrie

Anis dirige une équipe HI de 22 personnes composée de kinésithérapeutes et d'experts en soutien psychosocial dans le nord de la Syrie. Il décrit la réponse apportée par HI :

Un homme marche devant une pelleteuse qui creuse un immeuble effondré

Alors que le bilan officiel s’alourdit d’heure en heure, les habitants, souvent à mains nues, continuent de rechercher des survivants dans les décombres. Les secousses ont causé la mort de milliers de personnes et ont fait s’effondrer des milliers d’immeubles. | © HI

« Une semaine après le tremblement, nous nous sentons enfin en sécurité »

Une semaine après le tremblement de terre, nous nous sentons maintenant en sécurité.  Pendant des jours, nous étions terrifiés par les répliques. Elles étaient peut-être plus terrifiantes que le premier tremblement de terre lui-même. 

Les jours suivants la catastrophe, nous ne pouvions pas dormir. Nous sommes restés la nuit dans nos voitures, dans la rue, parce que nous avions tous peur... Il y avait des feux dans la rue pour que les gens puissent se réchauffer... Les répliques continuent toujours et les gens sont toujours effrayés et choqués. 

Dans ma ville, des bâtiments se sont effondrés. 25 personnes sont mortes. Beaucoup de villes autour de la mienne sont beaucoup plus touchées.

De nouveaux camps chaque jour 

J'ai vu tant de bâtiments effondrés dans les villes environnantes et tant de personnes dans les camps. Ils ont besoin de nourriture, de couvertures, d'huile pour cuisiner..... Ils ont besoin de tout. La plupart des personnes dans les camps sont des femmes, des enfants et des personnes âgées. Je ne sais pas pourquoi nous voyons si peu d'hommes. 

Nous sommes allés dans trois centres d'hébergement hier pour vérifier s'il y avait des blessés. Nous avons trouvé quelques cas mais la grande majorité des personnes gravement blessées sont dans les hôpitaux. Dans les camps, nous avons rencontré des personnes vulnérables et faibles comme des personnes âgées et des enfants

La plupart des camps sont constitués d'une seule tente collective et peuvent rassembler des dizaines de familles ; le camp d'hébergement n'est souvent qu'une immense tente. Dans un abri, il y avait un espace sécurisé pour les enfants qui jouaient avec de vieux jouets...

Tous ces gens ont quitté leurs maisons, ils ont perdu des parents... nous pouvons voir la tristesse dans les yeux des enfants...

Chaque jour il y a de nouveaux abris, de nouvelles personnes qui arrivent... Nous visitons tous les jours de nouveaux centres d'abris et identifions les besoins en plus de visiter les hôpitaux... Nous travaillons sept jours sur sept... … 

A too common tragedy in North Syria 

Dans les hôpitaux, notre personnel propose des séances de rééducation et un soutien psychosocial dès le premier jour de l'urgence. Beaucoup de patients ont besoin de fauteuils roulants, d'exercices de physiothérapie... C'est difficile pour l'équipe en raison du grand nombre de blessés... Les gens sont restés sous les bâtiments effondrés pendant des heures, voire des jours pour certains... Pour beaucoup d'entre eux, les cas sont très compliqués.

Pour être honnête, ce n'est pas la première fois que nous voyons une telle crise. Nous subissons la guerre depuis plus de 10 ans maintenant... Mais nous sommes maintenant confrontés à une catastrophe qui semble plus grande que nous. Nous sommes submergés par le nombre de blessés.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.