Accès direct au contenu

Les pénuries de carburant : facteur décisif dans la plus grande crise humanitaire.

Urgence
Yémen

La pénurie actuelle de carburant aggrave la situation humanitaire et complique l'aide humanitaire. La directrice pays de Humanité & Inclusion (HI) pour le Yémen, Caroline Dauber, raconte.

Destruction in Aden

Destruction à Aden | © ISNA Agency / HI

Lors d'une réunion avec les donateurs en mai dernier, HI et les ONG au Yémen ont alerté les Nations unies et les Etats sur les conséquences profondes des pénuries de carburant au Yémen déjà frappé par la pire crise humanitaire.

Les prix montent en flèche

La pénurie actuelle de carburant est la conséquence directe de la guerre. Elle a récemment pris des proportions sans précédent : les importations de carburant en provenance d'Hodeidah, principal port du Yémen et véritable planche de salut pour le pays, ont diminué de 91 % entre janvier et avril de cette année, et pour la première fois, le nombre d'importations est tombé à zéro en février.

Résultat : les prix des biens et des services sont montés en flèche. Les fruits et légumes sont devenus des produits de luxe ; les prix du panier alimentaire continuent d'augmenter chaque mois. Dans certaines régions, même le prix de l'eau a doublé.

Fournir une aide humanitaire

Cela affecte également notre capacité à fournir de l'aide à ceux qui en ont le plus besoin. Les coûts de transport explosent, empêchant les gens d'accéder à une aide vitale et à un traitement médical.

 

Les prestataires de soins de santé font état de leurs difficultés à faire fonctionner les équipements médicaux, qui nécessitent une alimentation en électricité que seuls des générateurs peuvent fournir. La pénurie de carburant a contraint certaines organisations spécialisées dans la santé à réduire leurs activités et à effectuer un triage des patients afin de sauver les personnes les plus démunies.

 

Certaines agences humanitaires ont du mal à gérer les services d'approvisionnement et d’évacuation de l’eau dans les camps de déplacés. Comme les bennes à ordures cessent leurs activités en raison de l'augmentation du prix du carburant, les déchets s'accumulent rapidement, ce qui augmente le risque de propagation des maladies.

De plus, la compagnie des eaux de Hajjah, qui fournissait de l'eau aux communautés déplacées deux fois par mois, n'est désormais en mesure de le faire qu'une fois par mois. Cela oblige les personnes qui ne peuvent pas s'approvisionner auprès des camions-citernes à boire de l'eau sale ou salée. D'autres services vitaux, tels que les distributions de nourriture sont également affectées, car les transporteurs sous contrat signalent des retards de 3 à 4 jours en raison du manque de carburant.

Certaines organisations humanitaires pourraient être contraintes de réduire leurs activités et le nombre de personnes aidé es pour faire face à l'augmentation des coûts des biens et services sous contrat. Cela laissera sans assistance un nombre croissant de personnes dans le besoin.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.