Goto main content

Tahany a échappé à un bombardement

Urgence
Jordanie

Tahany a 53 ans. Sa maison a été bombardée ; elle a été légèrement blessée. Elle reste choquée par l'incident et par toute cette violence.

Un quartier de la ville de Jénine en Cisjordanie.

Un quartier de la ville de Jénine en Cisjordanie. | © HI

Depuis le 7 octobre et l'escalade de violences entre Israël et le Hamas, au moins 18 787 Palestiniens ont été tués et 50 5897 blessés à Gaza par les bombardements incessants des forces israéliennes. Les représailles israéliennes font suite à une attaque massive lancée par le Hamas le 7 octobre, qui a tué 1 200 Israéliens et lors de laquelle 240 Israéliens et ressortissants étrangers ont été pris en otage.

Tahany, âgée de 53 ans, mère de cinq enfants, partage son témoignage depuis le camp de réfugiés de Jénine, où elle travaille comme coordinatrice dans une ONG locale :

Bombardement sur Jenine

Après l'escalade du 7 octobre entre le Hamas et Israël, les raids de l'armée israélienne se sont poursuivis dans le camp de réfugiés de Jénine presque toutes les nuits.

Nous vivons dans un appartement situé dans un petit bâtiment du camp. Le 30 octobre, nous dormions dans la maison, qui est maintenant protégée seulement par une porte en fer remplaçant celle qui a été détruite lors de précédentes incursions. Nous avons été réveillés par le bruit des bombes et la fumée qui rentrait dans notre maison.

Cela nous a réveillés et nous sommes sortis. Nous avons entendu des cris stridents et vu une foule dehors. Une frappe aérienne avait touché un groupe de personnes dans le camp, endommageant également notre maison.

Forcés de fuir

Nous avons été contraints de fuir pour nous mettre à l'abri, ailleurs. L'électricité de la maison était coupée et, avec ma famille, nous avons utilisé la lumière de nos téléphones portables pour constater les dégâts.

Lorsque je me suis tournée vers ma fille, j'ai vu qu'elle saignait des doigts, tandis que mon mari, qui se tenait à côté, avait du sang sur la main. Leurs blessures n'étant pas graves, je me suis examinée moi-même et j'ai constaté que des éclats d'obus m'avaient touchée à l'épaule et à la poitrine.

Éclats d'obus dans l'épaule et la poitrine

Je suis allée à l'hôpital mais les médecins n'ont pas pu retirer les éclats d'obus.Les médecins ont expliqué qu'il n'était pas possible de les enlever par voie chirurgicale, car cela risquerait d'endommager davantage les tissus touchés. Je vais devoir recevoir un traitement anti-inflammatoire et anti-douleur par voie intraveineuse pendant 6 à 7 mois pour maintenir la température de mon corps à un niveau raisonnable, afin qu'il puisse conserver sa force et réduire les risques d'infection pendant qu'il s'efforce de rejeter les éclats d'obus.

Le danger de la contamination

Ce qui m'est arrivé se reproduit sans cesse dans le camp. Les armes explosives étant de plus en plus souvent utilisées, les gens doivent faire attention aux munitions non explosées et ne pas s'approcher ou toucher des objets suspects, car les conséquences pourraient être désastreuses.

Il est essentiel d'enseigner aux gens les premiers secours afin qu'ils puissent aider en cas de besoin et qu'ils sachent comment agir correctement dans les situations d'urgence.

Plus de 11 115 enfants et adultes ont participé à des sessions d'éducation au risque HI et de préparation aux conflits. 900 brochures ont été distribuées et un SMS a été envoyé à 500 000 personnes quelques jours seulement après le début des violences, rappelant les meilleures pratiques pour se protéger dans un contexte de conflit armé. Ces sessions sont cruciales car elles fournissent des informations sur les dangers causés par la présence de restes d'explosifs après une campagne de bombardement et expliquent au public comment se protéger. Elles donnent également des conseils sur les meilleures façons de se protéger lors d'une attaque.

 

Cauchemars et anxiété

Après l'incident, je fais des cauchemars et je suis terrifiée. Je suis toujours terrifiée car les invasions du camp se poursuivent. Ma santé mentale a également été gravement affectée, notamment parce que je pense à la sécurité de ma famille.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les enfants ne vont plus l’école
© HI
Urgence

Les enfants ne vont plus l’école

Les écoles de Gaza sont fermées à cause des violences, alors qu'arrive-t-il aux enfants qui ne sont plus scolarisés ?

Journée mondiale d'action le 2 mai : Cesser tout transfert d'armes
© HI
Mines et autres armes Urgence

Journée mondiale d'action le 2 mai : Cesser tout transfert d'armes

HI, au sein de la coalition Ceasefire Now, participe à une journée d'action appelant à cesser tout transfert d’armes et demande un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Mines et autres armes Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, Humanité & Inclusion exprime sa profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.