Accès direct au contenu

Une prise en charge précoce pour permettre aux enfants de vivre debout

Prévention
International

À l’occasion de la journée internationale du pied bot le 3 juin, Humanité & Inclusion (HI) rappelle l’importance de la prise en charge précoce de cette malformation. Parce que lorsque le pied bot est traité dans les semaines qui suivent la naissance, il est possible d’éviter aux enfants de grandir avec un handicap.

Hope est née avec des pieds bots, ses deux pieds sont complètement tournés vers l'intérieur.

Hope est née avec des pieds bots, ses deux pieds sont complètement tournés vers l'intérieur. | © Patrick Meinhardt / HI

Le pied bot est une déformation d’un ou deux pieds, visible dès la naissance d’un enfant. C’est une déformation qui peut avoir des conséquences très lourdes, parce qu’en l’absence de traitement, le pied ne peut retrouver une position normale. L’enfant ne peut alors pas porter de chaussures, il peut se blesser, mais il rencontre alors aussi des difficultés pour se déplacer (il ne peut effectuer de longues distances). Ce handicap devient alors un facteur d’exclusion puisque l’enfant ne peut participer à des activités avec ceux de son âge. Et il risque alors de devenir l’objet de stigmatisation, d’exclusion.

« Il est pourtant possible d’éviter ce tableau très sombre, souligne Uta Prehl, spécialiste en réadaptation pour HI. C’est la raison pour laquelle il est essentiel de faire en sorte que la détection de cette déformation intervienne au plus tôt après la naissance. C’est une des clés de la réussite de la prise en charge. Il est alors possible de proposer un traitement efficace, qui va permettre de corriger cette déformation. Après quelques mois, l’enfant sera alors en mesure de marcher normalement. Il faut souligner que les travailleurs sociaux doivent un rôle important dans le cycle de prise en charge, pour travailler en lien avec les parents afin d'assurer la conformité avec le traitement. Si les enfants ne sont pas suivis correctement et régulièrement, on peut en effet craindre que la correction du pied ne soit pas satisfaisante. Une bonne sensibilisation des soignants est donc également essentielle ».

La prise en charge consiste en la pose de plâtres, remplacés chaque semaine, pendant six semaines, pour apporter des corrections progressives. Une opération chirurgicale du tendon est parfois effectuée avant le dernier plâtre. Puis, les organisations partenaires de HI installent une attelle orthopédique constituée de deux petits chaussons et d’une barre qui les relie. Cela permet de main­tenir le pied bot fortement tourné vers l’extérieur. L’attelle doit impérativement être portée en permanence durant les 4 premiers mois. Elle sera ensuite régulièrement ajustée pour permettre une correction adaptée. Des contrôles sont réali­sés jusqu’à l’âge de la marche. Lorsqu’elle est acquise, nos partenaires établissent un bilan radiographique. Après l’arrêt du port de l’attelle orthopédique avec chaussons, entre les 3 ans et les 4 ans de l’enfant selon les cas, le rythme de surveillance est espacé, mais les consultations se poursuivent jusqu’à la fin de la croissance afin de prévenir la récidive.

HI a formé depuis plusieurs années des physiothérapeutes dans plusieurs pays, afin de favoriser une détection précoce et une prise en charge adaptée du pied bot.

Nous continuons encore aujourd’hui ce type de projet, en particulier au Burkina Faso et au Sri Lanka, pour que les enfants qui naissent avec ces malformations, puissent grandir sans handicap.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques Mines et autres armes

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques

L'Observatoire des mines 2022 fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines – dont les mines improvisées et les restes explosifs de guerre - pour la septième année consécutive. L'Observatoire a enregistré 5 544 victimes en 2021. 75 % d'entre elles étaient des civils.Ce chiffre élevé est principalement le résultat de l'augmentation des conflits armés et de la contamination par les mines improvisées depuis 2015. L'utilisation de mines par les armées de la Russie et du Myanmar, ainsi que par des groupes armés non étatiques dans cinq pays, sont les principaux facteurs d'une forte augmentation mondiale de l'utilisation de ces armes en 2022.

Les États se réuniront à Genève du 21 au 25 novembre pour la 20e conférence annuelle du Traité d'Ottawa qui interdit les mines. Alors que nous célébrons les 25 ans de ce traité, HI exhorte les États à faire pression sur les parties au conflit pour qu'elles mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares et à soutenir le financement de l'aide aux victimes qui se réduit malgré des besoins croissants et un nombre élevé de victimes ces dernières années.

Lire le rapport au complet en anglais.

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 80 États ont adopté un accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, lors de la conférence de Dublin, le 18 novembre 2022.

Les enfants handicapés sont encore exclus de l’école
© J.McGeown / HI
Inclusion

Les enfants handicapés sont encore exclus de l’école

A l’occasion de la Journée mondiale de l'enfance le 20 novembre, HI rappelle que trop d'enfants sont exclus de l'école en raison de leur handicap.