Goto main content

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Réadaptation Urgence
République démocratique du Congo

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, physio avec Humanité & Inclusion, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».

 

Héritier, 23 ans, victime d'une attaque dans sa maison, suit des séances de réadaptation avec Noela, physio avec Humanité & Inclusion, en République démocratique du Congo (Goma).

Héritier, 23 ans, victime d'une attaque dans sa maison, suit des séances de réadaptation avec Noela, physio avec Humanité & Inclusion, en République démocratique du Congo (Goma). | © Patrick Meinhardt/HI

« C'était il y a quelques mois. Je revenais d'une journée de pêche, épuisé. En rentrant chez moi, à Minova (Sud Kivu, République démocratique du Congo), comme tous les soirs, j'ai retrouvé mon père, ma mère, mon oncle, ma famille. On a mangé ensemble, et on a été se coucher vers 21 heures. On a été réveillés en pleine nuit, la porte était défoncée. Des rebelles sont entrés et ont demandé ‘où est le capitaine des pêcheurs’. Ils ont tué mes parents devant moi. Mon oncle a essayé de s’enfuir, il a été tué aussi. J’ai essayé de m’échapper par la fenêtre, les rebelles m'ont tiré dessus, la balle a touché mon bras. Une douleur immense. Ils m'ont demandé de leur donner de l’argent, je leur ai donné tout ce que j'avais : 100 dollars. Je me suis évanoui.
J'ai été emmené par des voisins à l’hôpital de Goma, au Nord Kivu et j'y suis resté un mois. J’y ai été soigné, et j'ai rencontré Noela, kiné de HI. Je la vois deux fois par semaine, elle masse mon épaule.
"Héritier a perdu beaucoup de sensibilité, les nerfs ont été touchés. On doit masser l'épaule, le bras, la main. Il y a un grand travail à effectuer, pour qu'il retrouve de la sensibilité, et pour qu'il reprenne confiance en la vie",

explique Noela.  

Héritier suit aussi des séances de soutien psychologique avec Olivier, psychologue de HI.

"Avec Olivier, je me sens 'à l’aise'.  Mais la situation reste éprouvante. Mes parents se sont fait assassiner devant moi. Je suis seul à Goma. J’ai perdu l’usage de ma main droite, je ne peux donc plus pêcher. Je n’ai plus de travail. Je vis dans la peur. Cela ne sera plus jamais comme avant. Mais je garde espoir. Un jour, j'aurai un petit commerce".

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.