Goto main content

« De nombreux Vénézuéliens réfugiés en Colombie sont très fragilisés émotionnellement et psychologiquement »

Urgence
Colombie

Gregory Le Blanc, directeur de HI en Colombie, témoigne au sujet de la situation des Vénézuéliens réfugiés en Colombie et décrit l’intervention d’urgence menée par HI.

Gregory Le Blanc, directeur de HI en Colombie

Gregory Le Blanc, directeur de HI en Colombie | © Juan Manuel Vargas/HI

« La grave crise politique et économique au Venezuela pèse chaque jour un peu plus sur les populations et accroit les mouvements vers les pays voisins. On estime que 3.4 millions de Vénézuéliens ont fui à travers le monde, et notamment plus de deux millions en Colombie. Les autorités colombiennes sont dépassées par cet afflux et par les besoins d’assistance. Les femmes, les enfants, les personnes âgées et handicapées, sont les plus affectés par cette situation.

Le fait qu’ils n’ont parfois plus de papiers d’identité, qu’ils ne possèdent pas de permis de résidence, qu’ils ne connaissaient pas les procédures pour être régularisés dans le pays et n’ont pas conscience de leurs droits, rend leur accès aux services de base (soins de santé, eau potable, etc.) plus compliqué. Dans les grandes villes, et aux principaux points de rassemblement près des frontières, les Vénézuéliens reçoivent de l’aide concernant les soins de santé, la protection des plus fragiles, etc. Par contre, ils ont plus difficilement accès à un soutien psychologique, tout aussi important.

En effet, les personnes qui ont fui sont très fragilisées socialement et émotionnellement. Le déracinement et la précarité entrainent de lourdes conséquences sur leur santé mentale : ils ressentent de la frustration, du désespoir, de l’anxiété, et peuvent connaitre un état de dépression. HI leur apporte un soutien psychologique à Medellin et dans La Guajira (frontière nord), et se prépare à intervenir à Bogota et à Barranquilla. HI apporte aussi un soutien aux personnes qui ont besoin d’une aide pour résoudre les questions légales (papiers d’identité, régularisation...) à Medellin, en collaboration avec la mairie, l’université, etc., et avec les juristes de HI. L’organisation déploie aussi des équipes de professionnels de la réadaptation afin d’appuyer la formation de certains services de santé, de fournir des soins, directement et/ou via des centres spécialisés, ainsi que de donner des béquilles, déambulateurs et des appareillages aux personnes qui en ont besoin.
Vu les besoins et la persistance de cette crise humanitaire, nous visons aussi à renforcer l’intégration socio-économique des Vénézuéliens en Colombie dès 2020, en nous basant sur notre forte expérience dans ce secteur
».

 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Lara, une enfant handicapée dans la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

Lara, une enfant handicapée dans la guerre

Lara, âgée de 8 ans, a une paralysie cérébrale. Elle vit l'expérience terrifiante de la guerre.

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.