Accès direct au contenu

« Marcher à nouveau est comme une bénédiction »

Mines et autres armes Réadaptation
Jordanie

Malik avait une dizaine d’années ; sa maison a été bombardée en Syrie. Amputation de la jambe, rééducation… Restaurer sa vie a été un long combat qu’il a mené en Jordanie avec HI.

Malik chez lui à Irbid, en Jordanie

Malik chez lui à Irbid, en Jordanie | © S. Khalifat / HI

Malik est une des nombreuses victimes des bombardements du conflit en Syrie. Il nous raconte son histoire :

« J'ai 20 ans. J’ai quitté la Syrie pour la Jordanie il y a sept ans. J’ai été blessé lors d’un bombardement à l’âge de 13 ans.

J'étais à la maison. Nous fêtions le mariage d’un membre de la famille. J’étais avec mon père quand la maison a été bombardée. Mon père et mon oncle ont été eux aussi blessés mais leurs blessures n'étaient pas très graves. La mienne était la pire car je me trouvais dans la pièce où la bombe a atterri. Il y avait de la fumée partout ; Je n’y voyais plus rien. Ma mère a ouvert les portes et les fenêtres pour que nous puissions respirer. J'ai vraiment cru que j'allais mourir…

Je me suis évanoui quand je suis arrivé à l’hôpital. Quand je me suis réveillé le lendemain matin, nous étions dans une ambulance à la frontière pour aller dans un autre hôpital en Jordanie.

Les deux premières semaines, je n’ai pas réalisé que j'avais perdu ma jambe qui avait été immédiatement amputée.  J'étais sous le choc ! J’étais seul dans cet hôpital et c'était vraiment dur, sans personne de ma famille à mes côtés. Ma mère 'a pu me rejoindre seulement quelques mois plus tard.

J'étais déprimé et mon état psychologique était vraiment mauvais pendant les trois premières années. J'avais aussi de nombreuses autres blessures sur tout le corps, qu’il a fallu soigner, et j’ai suivi le traitement nécessaire pour pouvoir bouger les parties de mon corps.

J'ai reçu ma première prothèse en 2014. Et quand j'ai vu que je pouvais à nouveau marcher, c’était comme une bénédiction ! Je pouvais à nouveau bouger, travailler et étudier ! J'ai passé un an en rééducation avec HI pour pouvoir marcher à nouveau.

Je suis retourné à l'école en 2015 mais j'ai arrêté peu de temps après car c'était très dur d’accepter mon handicap. Je passais la plupart de mon temps à la maison ; j'étais profondément déprimé et extrêmement timide. Il m'a fallu plusieurs années pour surmonter cela. Vers 2017, j'ai commencé à me faire de nouveaux amis ; je détestais alors que les gens me considèrent comme une personne handicapée.

Maintenant, j'ai surmonté mon anxiété et ma nervosité. Je peux me déplacer ; je peux étudier et travailler.

Aujourd’hui, je suis bénévole à HI, ce qui m'aide également à améliorer mon anglais car j'ai quitté l'école assez tôt. J’aide à repérer les personnes handicapées qui auraient besoin des services de réadaptation ou d’un accompagnement spécifique, à identifier leurs besoins médicaux et à les renseigner directement sur les autres services accessibles à proximité. 

Après le travail, mon quotidien est assez ryhthmé. Je vais mes amis et le soir je prépare du contenu pour ma chaîne YouTube. Je détourne des vidéos existantes de façon humoristique. Je joue aussi à des jeux en ligne avec mes amis.

Mon rêve est de pouvoir étudier les arts et le théâtre. »

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les États doivent réaffirmer leur attachement au traité d'Ottawa
© M.Feltner / HI
Droits Mines et autres armes

Les États doivent réaffirmer leur attachement au traité d'Ottawa

La conférence contre les mines aura lieu du 25 au 29 novembre 2024 au Cambodge. Après 15 ans de baisse, leur utilisation et le nombre de victimes augmentent...

Journée mondiale d'action le 2 mai : Cesser tout transfert d'armes
© HI
Mines et autres armes Urgence

Journée mondiale d'action le 2 mai : Cesser tout transfert d'armes

HI, au sein de la coalition Ceasefire Now, participe à une journée d'action appelant à cesser tout transfert d’armes et demande un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Mines et autres armes Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, Humanité & Inclusion exprime sa profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.