Goto main content

3 mois après le séisme : HI aide les enfants syriens à surmonter leurs traumatismes

Santé Urgence
Syrie

Ils s’appellent Mohammed, Taim, Hosain… Les partenaires de HI apportent un soutien psychologique à ces petits rescapés du séisme meurtrier qui a frappé dans le Nord-Ouest de la Syrie.

Un petit enfant syrien fait un dessin sur lequel on voit une maison et un soleil

Mohammed, 12 ans, dessine pendant une séance de soutien psychologique dans l’établissement partenaire de HI, à Idlib. | © HI

Des blessures invisibles


Lorsqu’on lui demande comment il va, Mohammed, 12 ans, répond tout sourire « Tamam, tamam », « ça va, ça va ». La plaie sur son crâne a cicatrisé et il lui reste six séances de rééducation pour soigner complètement sa jambe cassée.


« J’arrive déjà à jouer au football avec mes copains malgré mes béquilles, mais maintenant ce que je veux c’est apprendre à nager ! », promet-il.


 

Mohammed est l’aîné d’une fratrie de trois enfants, tous sains et saufs. Ils ont pu s’enfuir avant que l’appartement dans lequel ils vivaient ne s’effondre violemment. Depuis, Mohammed et sa famille ont trouvé un autre appartement dans lequel s’installer et il a pu retourner à l’école :

 


« Moi, j’adore étudier, mes matières préférées sont la géographie et l’histoire »


Certaines blessures sont moins visibles. Pourtant les traumatismes sont profondément ancrés dans la tête de ces enfants.


« Je n’arrive pas à m’endormir la nuit car je fais des cauchemars, j’entends encore les bruits du tremblement de terre, et j’ai vraiment très peur », confie Mohammed.


Les troubles du sommeil font partie des symptômes récurrents chez ces petits rescapés du séisme, explique Ammad, l’un des psychologues du centre hospitalier :


« Ces enfants sont envahis par des flashbacks répétés et des cauchemars récurrents ce qui les empêche de dormir sereinement »


Musique, jeux, dessin… des activités récréatives pour apaiser l’anxiété


« Baba, Baba », « papa, papa », répète le petit Hosain. Il était en visite chez sa tante avec sa maman et ses frères et sœurs dans un petit village proche d’Idlib quand le séisme a eu lieu. Hosain est resté coincé trois jours sous les décombres, tous ses proches présents avec lui ce jour-là sont décédés.


« J’étais chez ma tante et puis quand je me suis réveillé j’étais avec papa à l’hôpital », explique-t-il avec ses mots d’enfant.


Alors que Hosain court partout, réclame un jouet ou son téléphone portable, son père confie qu’il n’y a pas un jour sans qu’il réclame sa maman et lui demande s’il se souvient de moments que l’on a passé tous ensemble.


« En plus d’un profond sentiment de tristesse et de peur, on observe chez ces enfants des troubles de l’humeur et de la concentration ainsi qu’une perte d’intérêt pour les activités du quotidien », détaille Ammad,qui propose des séances de soutien psychologique à Hosain.


Après chaque séance de réadaptation (Hosain a dû être amputé du pied gauche à la suite du tremblement de terre) dans ce centre hospitalier partenaire de HI, le petit garçon retrouve le psychologue :


« Je lui mets de la musique douce et lui propose de dessiner ou de danser, je lui raconte de belles histoires en plus de diverses activités récréatives »


Ce que Taim préfère, lui, c’est le dessin. Sa main droite a été cassée pendant le séisme, mais heureusement il peut continuer à manier ses feutres et ses crayons. Taim et sa famille se trouvaient chez des proches en Turquie lorsque la terre a tremblé… Ils sont partis à six, seuls deux d’entre eux sont revenus vivants en Syrie. Taim et sa maman – grièvement blessée - vivent désormais chez leur grand-mère.


Les équipes partenaires de HI en charge de la santé mentale et du soutien psycho-social sont unanimes : ces enfants sont particulièrement résilients après la tragédie, ils semblent se reconstruire plus rapidement que les adultes et les personnes âgées. Mais cela varie d’un enfant à l’autre et de l’environnement qui l’entoure :


« Nous restons vigilants car les enfants sont les plus vulnérables et parfois leurs sentiments sont ignorés, mis de côté », conclu Ammad.

Depuis le mois de février dernier, HI et ses partenaires ont proposé 9 724 consultations de soutien psycho-social et en santé mentale. Environ ¼ des bénéficiaires sont des enfants.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.