Goto main content

Chue Por, blessé par une sous-munition à 17 ans

Mines et autres armes
Laos

Chue Por a survécu à l’explosion d’une sous-munition. Amputé d’un bras, il a retrouvé sa mobilité grâce au soutien de HI.

Portrait de Chue Por Vang au Laos.

Portrait de Chue Por Vang au Laos. | © Natalia Lozano / HI

Un reste explosif pris pour une toupie


En décembre 2006, alors que les habitants du village de Houay Hou (province de Houaphan, Est du Laos) organisent le festival du nouvel an Hmong appelé « Noj Peb Caug ». Chue Por, 17 ans à l’époque, participe avec d’autres jeunes à un tournoi de toupies, une activité traditionnelle pendant ces célébrations.

Au cours du match, sa toupie est éjectée du parcours et atterri dans le ruisseau voisin. En voulant la récupérer, le jeune garçon récupère un objet métallique qui, selon lui, ferait une toupie parfaite. Il le ramasse et commence à le façonner avec un couteau. Mais la sous-munition explose et le blesse très grièvement à la main gauche.


Chue Por est transporté, inconscient, jusqu’à l’hôpital de la province. Ce n’est qu’à son réveil qu’il découvrira qu’il a dû être amputé de la main :

  « Avant mon accident, je n'avais vraiment aucune idée de la présence de restes d’engins explosifs autour de mon village… Ce terrible accident aurait pu ne jamais avoir eu lieu. »


Cet accident a eu de lourdes conséquences : Chue Por a arrêté d’aller à l’école, se sentant « trop différent » des autres élèves. Après s’être endettés pour pouvoir payer les frais d’hospitalisation, ses proches ont dû vendre tout leur bétail afin de rembourser leur dette ce qui a précipité la famille dans une situation financière très difficile.


De la réadaptation à des actions de plaidoyer


HI a identifié Chue Por en 2019. L’association l’a orienté vers un centre de réadaptation où il a été équipé d’une prothèse.

 

« Grâce à HI, j’ai de l’aide sur le plan physique et psychologique. »


Depuis, Chue Por a participé à diverses formations proposées par HI, notamment sur les droits des personnes handicapées. HI l'a également aidé à assister à des événements importants tels qu'un atelier national sur la planification stratégique du secteur de l'aide aux victimes et un atelier régional sur la mise en place du réseau d'assistance aux victimes.

« Aujourd'hui, je vois clairement les changements positifs dans ma vie : je suis heureux d'être avec ma famille et de m'occuper de mon bétail. »

Il a même participé à des campagnes de sensibilisation en faveur de la Convention sur les armes à sous-munitions, du Traité d'interdiction des mines et d'autres cadres internationaux visant à prévenir l'utilisation des restes explosifs de guerres et des mines.

 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI nettoie un atelier de fabrication de bombes cachées à Raqqa
© HI
Mines et autres armes

HI nettoie un atelier de fabrication de bombes cachées à Raqqa

HI a reçu l’appel d’un habitant à propos de son sous-sol qui, pendant la guerre, était utilisé comme atelier de fabrication de bombes. HI a déminé les lieux.

Faire de l’éducation aux risques, c’est transmettre l’espoir
© HI
Mines et autres armes

Faire de l’éducation aux risques, c’est transmettre l’espoir

Au Burkina Faso, la population est quotidiennement confrontée à la menace d’engins explosifs. Les équipes de HI y effectuent des sensibilisations aux risques dans un contexte sécuritaire très tendu.

« On était agriculteurs et désormais nos champs sont minés ! Qui se soucie de nous ? »
© M.Monier / HI 2023
Mines et autres armes Urgence

« On était agriculteurs et désormais nos champs sont minés ! Qui se soucie de nous ? »

HI mène des sessions de sensibilisation aux risques liés aux engins explosifs dans des villages que la guerre a coupé du monde, comme celui de Velyka Komyshuvakha dans la région de Kharkiv