Accès direct au contenu

COVID-19 : pour un accès équitable au vaccin

Santé
International

170 millions de personnes dans le monde ont été infectées par la COVID-19. La vaccination est essentielle pour lutter contre la crise.

Un agent de sensibilisation utilise un imagier de sensibilisation sur la Covid-19 à Bangui, en République centrafricaine, le 19 novembre 2020. Dans le cadre des activités du projet Synergies, les personnes handicapées ont été informées sur le virus et les mesures préventives par leurs pairs à travers le réseau des organisations de personnes handicapées (OPH).

Un agent de sensibilisation utilise un imagier de sensibilisation sur la Covid-19 à Bangui, en République centrafricaine, le 19 novembre 2020. Dans le cadre des activités du projet Synergies, les personnes handicapées ont été informées sur le virus et les mesures préventives par leurs pairs à travers le réseau des organisations de personnes handicapées (OPH). | © A. Surprenant / HI

Humanité & Inclusion (HI) déplore l'inégalité d'accès au vaccin entre les pays riches et les pays à faible revenu. L'association défend un accès universel et équitable au vaccin contre la Covid-19.

Jusqu'à présent, plus de 82% des doses de vaccin dans le monde sont allées aux pays riches. Seuls 0,3 % sont allés aux pays à faible revenu, affirme le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres[1].

Les États devraient respecter leur engagement envers la collaboration mondiale visant à accélérer le développement, la production et l'accès équitable aux tests, traitements et vaccins contre la COVID-19 lancée par l'Organisation mondiales de la santé (OMS) et ses partenaires fin avril 2020 (l'ACT-A[2]). Ils devraient également faire don d'une partie de leurs propres stocks de vaccins pour contribuer à rectifier l'inégalité de la distribution mondiale des doses entre pays riches et pays pauvres.

Priorité aux personnes handicapées

Les personnes handicapées - qui représentent 15 % de la population mondiale - sont particulièrement exposées à la COVID 19 et doivent faire face à d'importants obstacles pour accéder aux informations et aux services de santé. 80 % des personnes handicapées dans le monde vivent dans la pauvreté[3].  Elles sont souvent isolées ou rejetées par leur communauté.

Dans de nombreux pays, les services de santé ne sont pas accessibles aux personnes handicapées en raison de l'inaccessibilité des bâtiments, de l'absence d'équipement médical, des coûts élevés, de l'inaccessibilité des transports, etc.

Les personnes handicapées ont souvent des difficultés à obtenir des informations sur la pandémie car les informations sur la santé sont rarement adaptées aux personnes handicapées : par exemple, une campagne de sensibilisation à la radio ne sera pas accessible aux personnes sourdes ou malentendantes. Les personnes aveugles ou malvoyantes ne pourront pas accéder aux informations contenues dans les brochures rédigées dans un format inadapté.

Impliquer les personnes handicapées

Le déploiement des campagnes de vaccination, la planification et l'élaboration des politiques afférentes, doivent être organisés avec la participation des personnes handicapées et des organisations qui les représentent. Elles sont les mieux placées pour garantir que les campagnes de vaccination incluent les personnes handicapées et soient adaptées à leurs besoins.

HI et la pandémie de COVID

  • Depuis mars 2020, les équipes de HI travaillant au niveau des pays ont adapté leurs activités à la crise sanitaire. HI a soutenu 2,2 millions de personnes dans 46 pays :
  • HI a sensibilisé 1,6 million de personnes aux risques et aux moyens de prévention.
  • HI a distribué 138 000 kits d'hygiène et 800.000 masques.
  • HI a fourni une assistance alimentaire à près de 7000 personnes.
  • HI a apporté un soutien psycho-social à 225 000 personnes.
  • HI a transporté 4 000 m3 de matériel d'urgence.
 

[2] L'accélérateur d'accès aux outils COVID-19 (ACT), est une collaboration mondiale visant à accélérer le développement, la production et l'accès équitable aux tests, traitements et vaccins contre la COVID-19. Il a été lancé fin avril 2020 et rassemble des gouvernements, des scientifiques, des entreprises, la société civile, des philanthropes et des organisations de santé mondiale.

[3] L'Agenda 2030 pour le développement durable, paragraphe 23.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques Mines et autres armes

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques

L'Observatoire des mines 2022 fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines – dont les mines improvisées et les restes explosifs de guerre - pour la septième année consécutive. L'Observatoire a enregistré 5 544 victimes en 2021. 75 % d'entre elles étaient des civils.Ce chiffre élevé est principalement le résultat de l'augmentation des conflits armés et de la contamination par les mines improvisées depuis 2015. L'utilisation de mines par les armées de la Russie et du Myanmar, ainsi que par des groupes armés non étatiques dans cinq pays, sont les principaux facteurs d'une forte augmentation mondiale de l'utilisation de ces armes en 2022.

Les États se réuniront à Genève du 21 au 25 novembre pour la 20e conférence annuelle du Traité d'Ottawa qui interdit les mines. Alors que nous célébrons les 25 ans de ce traité, HI exhorte les États à faire pression sur les parties au conflit pour qu'elles mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares et à soutenir le financement de l'aide aux victimes qui se réduit malgré des besoins croissants et un nombre élevé de victimes ces dernières années.

Lire le rapport au complet en anglais.

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 80 États ont adopté un accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, lors de la conférence de Dublin, le 18 novembre 2022.

Les enfants handicapés sont encore exclus de l’école
© J.McGeown / HI
Inclusion

Les enfants handicapés sont encore exclus de l’école

A l’occasion de la Journée mondiale de l'enfance le 20 novembre, HI rappelle que trop d'enfants sont exclus de l'école en raison de leur handicap.