Goto main content

« Je veux juste que son futur soit beau »

Arjwan, 6 ans, a été gravement blessée dans un bombardement en Syrie, en 2013. Quatorze membres de sa famille sont décédés ce jour-là. Transportée d’urgence en Jordanie, elle vit désormais avec sa grand-mère dans le camp de Zaatari. Handicap International l’aide à se remettre de ses blessures avec des séances de kinésithérapie.

Testimony_Arjwan_Jordan

Arjwan, dans le camp de Zaatari en jordanie. Elle fait des exercices de Kinésithérapie. | © E. Fourt / Handicap International

Lorsque Mohammad, kinésithérapeute de Handicap International, rentre dans la caravane de la famille d’Arjwan, la petite fille aux yeux bleus le regarde timidement. Equipée de chaussures orthopédiques données par l’association, elle s’assied à côté de lui. Ce n’est que lorsque Mohammad découvre le bas de la jambe de la petite fille que l’on comprend ce qui a pu lui arriver. De grosses cicatrices habillent la jambe d’Arjwan, témoins de la violence du bombardement qu’elle a vécu.

« Ce jour d’Octobre 2013, Arjwan était avec ses parents et sa petite sœur d’un an, à Deraa », se souvient sa grand-mère, qui prend désormais soin d’elle ici. « Moi, j’étais déjà réfugiée en Jordanie. Ce soir-là, des gens du camp m’ont informée que le quartier de ma famille, en Syrie, avait été bombardé. Quatorze personnes étaient décédées, dont la mère et la petite sœur d’Arjwan. On m’a aussi dit que ma petite fille avait été transportée d’urgence en Jordanie pour se faire soigner. Je suis immédiatement allée la retrouver à l’hôpital. Quand je l’ai vue, je ne l’ai pas reconnue… Sa tête était partiellement brûlée et ouverte, et elle était blessée au niveau de la jambe. J’étais dévastée. »

Handicap International aide Arjwan à se remettre debout. La petite fille parle peu, encore marquée par ce qui lui est arrivé. Elle s’applique à faire tous les exercices de kinésithérapie lors de chaque session de réadaptation. « Elle est très intelligente », ajoute sa grand-mère, en la regardant tendrement. « J’étais professeure d’école en Syrie, alors je lui apprends des choses au quotidien. Elle sait déjà compter jusqu’à dix en anglais et cent en arabe. Bientôt, elle ira également à l’école dans le camp. Notre vie ici est compliquée mais je me lève chaque matin avec une seule idée en tête : faire tout mon possible, maintenant, pour que le futur d’Arjwan soit beau. »

 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques Mines et autres armes

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques

L'Observatoire des mines 2022 fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines – dont les mines improvisées et les restes explosifs de guerre - pour la septième année consécutive. L'Observatoire a enregistré 5 544 victimes en 2021. 75 % d'entre elles étaient des civils.Ce chiffre élevé est principalement le résultat de l'augmentation des conflits armés et de la contamination par les mines improvisées depuis 2015. L'utilisation de mines par les armées de la Russie et du Myanmar, ainsi que par des groupes armés non étatiques dans cinq pays, sont les principaux facteurs d'une forte augmentation mondiale de l'utilisation de ces armes en 2022.

Les États se réuniront à Genève du 21 au 25 novembre pour la 20e conférence annuelle du Traité d'Ottawa qui interdit les mines. Alors que nous célébrons les 25 ans de ce traité, HI exhorte les États à faire pression sur les parties au conflit pour qu'elles mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares et à soutenir le financement de l'aide aux victimes qui se réduit malgré des besoins croissants et un nombre élevé de victimes ces dernières années.

Lire le rapport au complet en anglais.

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 80 États ont adopté un accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, lors de la conférence de Dublin, le 18 novembre 2022.

Le jour où j’ai marché sur une mine, mon destin a été tracé
© J. M. Vargas / HI
Mines et autres armes

Le jour où j’ai marché sur une mine, mon destin a été tracé

Marta Quintero travaille depuis 7 ans sur les opérations de déminage de HI en Colombie. Elle œuvre pour l’avenir de son pays grâce à une détermination sans faille, fruit de son histoire personnelle.