Aller au contenu principal

Kennedy remporte sa plus grande victoire et marche comme un champion

Réadaptation
Ouganda

Kennedy est atteint de paralysie cérébrale. Après des années sans pouvoir se tenir debout ni marcher, ses orthèses et la kinésithérapie lui ont permis de faire des progrès spectaculaires.

Kennedy se tient debout tout seul et regarde la caméra en souriant. À gauche, on devine Paul Lokiru et des cases en arrière-plan.

Kennedy, neuf ans, peut marcher tout seul comme un grand. Ouganda, juin 2023. | © Crolle Agency / HI

Kennedy est un petit garçon Sud-Soudanais atteint de paralysie cérébrale. Réfugié en Ouganda avec sa famille, il a été pris en charge par HI en 2020 et a bénéficié d’orthèses et de séances de kinésithérapie. Trois ans plus tard, la détermination et le courage de ce petit garçon lui ont permis de relever son plus grand défi : il peut désormais marcher seul.

Vivre avec une paralysie cérébrale dans un camp de réfugiés

Paul, Esther et Kennedy, en train de faire des exercices de kiné en juin 2023 © Crolle Agency / HIEn 2016, Kennedy a tout juste neuf mois quand sa famille fuit les conflits au Soudan du Sud. Arrivés en Ouganda, ils s’installent au camp de réfugiés de Rhino dans le district d'Arua, au nord-ouest du pays. Kennedy y vit avec sa mère et deux autres enfants.

Kennedy n’a jamais bénéficié de services de kinésithérapie. Bien qu’il puisse manger, boire et entendre relativement facilement, il ne peut ni parler, ni marcher. De plus, sa dextérité est limitée et tenir des objets fins est pour lui une véritable lutte.

Scan de la jambe en vue de la préparation d’une prothèse 3D © Q. Neely / HIUne imprimante 3D imprime une orthèse en Ouganda. © Crolle Agency / HI« C’était très difficile pour moi, raconte Esther Ariye, sa mère. Pendant quatre ans, j’ai dû constamment porter Kennedy sur mon dos. Il ne pouvait pas se tenir debout seul, il ne se déplaçait même pas à quatre pattes. »

C’est en février 2020 que Kennedy est identifié par des bénévoles de la communauté. Après une évaluation, les équipes de HI l’inscrivent au projet 3D Petra, un projet révolutionnaire qui utilise la technologie de l’impression 3D pour créer des orthèses et des prothèses sur mesure. Le petit garçon reçoit ainsi une orthèse dynamique bilatérale pour la cheville et le pied.

Marcher, un défi relevé

En 2021, grâce à ses orthèses et aux séances de kinésithérapie avec Paul Lokiru, le kinésithérapeute de HI, Kennedy est capable de se tenir debout. Il peut se déplacer avec un cadre de marche pour jouer avec les autres enfants. Pour assurer le suivi du garçon, Paul enseigne à Esther des exercices de kinésithérapie à réaliser à la maison avec son fils.

Kennedy en juin 2023 © Croll Agency / HI« En transmettant ces connaissances à la famille, nous permettons la continuité du service même en notre absence, car la zone d’intervention est vaste et nous ne pouvons pas passer souvent. C’est essentiel pour le suivi, Kennedy en est le meilleur exemple. Quand je suis revenu le voir il y a quelques mois, j’ai constaté qu’il pouvait marcher seul, sans s’appuyer sur son cadre de marche, » se réjouit Paul Lokiru.

Aujourd’hui, Kennedy marche tout seul, sans aide extérieure. C’est une immense victoire pour ce petit garçon ! Il peut aussi s’exprimer, ce qui lui permet de communiquer avec sa famille et ses amis.

« Avant, Kennedy ne pouvait rien tenir dans ses mains. Aujourd’hui, il est capable de se nourrir, de se tenir debout, de se promener et de jouer avec ses voisins. Cela me rend si heureuse ! À l’époque, je passais des jours et des nuits entières à me ronger les ongles d’inquiétude mais aujourd’hui, je sais que tous mes enfants sont bien dans leur peau, » sourit Esther.

Penser à l’avenir

Kennedy et Esther en juin 2023 © Crolle Agency / HIKennedy a fait d’immenses progrès mais lui et sa famille ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Il lui reste maintenant à travailler l’équilibre de sa posture et à s’entraîner pour marcher de plus en plus vite. À mesure qu’il grandira, il faudra remplacer ses orthèses pour qu’elles restent adaptées à sa morphologie. Il devra aussi être scolarisé, pour pouvoir s’instruire.

« J’aimerais que Kennedy puisse aller dans une école spécialisée, où on prendrait bien soin de lui. Aujourd’hui, ce serait encore trop difficile pour moi de l’amener à l’école tous les jours et d'en revenir, » raconte Esther.

Kennedy marche et joue au football avec ses amis. Dans ce camp de réfugiés, où la pauvreté est extrême, l’espoir renaît à chaque instant. Les enfants qui n’ont même pas de ballon pour jouer au foot entortillent des sacs plastiques pour fabriquer leur propre balle. Ainsi, Kennedy nourrit ses rêves d’avenir : quand il sera grand, il marchera, courra et construira des maisons.

Le projet 3D Petra et réadaptation est mis en œuvre depuis juillet 2021 dans les camps de Rhino, d’Omugo et de Imvepi. Il utilise l’innovation technologique d’impression 3D pour fournir des appareillages orthopédiques et des services de réadaptation aux réfugiés vivant dans ces camps. Le projet est réalisé en partenariat avec CorSu et l'hôpital d'Arua.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Tenir sur ses deux jambes : plus facile à dire qu'à faire
© S. Wohlfahrt / HI
Réadaptation

Tenir sur ses deux jambes : plus facile à dire qu'à faire

Longini a neuf ans, il vit au Rwanda et a deux prothèses toutes neuves. Sa nouvelle paire de jambes inférieures était enfin prête au début du mois de novembre 2021. Longini a dû attendre un an et demi pour les recevoir, et le COVID-19 en est largement responsable ...

Noor, marcher pour réapprendre à vivre
© A. Rahhal / HI
Réadaptation Urgence

Noor, marcher pour réapprendre à vivre

Noor, 3 ans, fait partie des survivants du séisme qui a frappé la Turquie et le Nord-Ouest syrien en février 2023. Humanité & Inclusion accompagne cette petite fille pleine de vie sur le chemin de la résilience.

« Nous avons besoin de deux fois plus de fournitures »
HI
Réadaptation Santé Urgence

« Nous avons besoin de deux fois plus de fournitures »

L’infirmière Wala soigne les personnes chez elles et dans les camps de déplacés. Elle parle de sa vie, de son travail et de la situation à Gaza.