Goto main content

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence
Territoires Palestiniens Occupés

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.

 

Batiment détruit

© HI

Les organisations humanitaires craignent une accélération des décès dus à la famine, aux maladies et au refus d'assistance médicale, tandis que les points d'entrée terrestres et maritimes restent fermés à toute aide humanitaire significative, en particulier au carburant, et que les attaques dans les zones abritant des civils s'intensifient.

L'obstruction systématique des points de passage contrôlés par Israël, l'intensification des hostilités et les coupures prolongées des télécommunications ont réduit le volume de l'aide entrant à Gaza, dont la nourriture, le carburant et le matériel médical, au niveau le plus bas au cours des sept derniers mois, ont déclaré 20 agences d'aide.

Médecins Sans Frontières (MSF), l'un des principaux fournisseurs d'aide humanitaire et médicale à Gaza, n'a pas pu acheminer de fournitures dans l'enclave depuis le 6 mai. Le manque d'eau potable expose les patients à un risque élevé de maladie. Pourtant, les kits de dessalement et les pompes submersibles nécessaires à la mise en place de systèmes durables d'approvisionnement en eau sont presque toujours refusés par les autorités israéliennes.

Les difficultés rencontrées pour distribuer l'aide en toute sécurité à l'intérieur de l'enclave sont devenues insurmontables. En moins de trois semaines, près d'un million de Palestiniens ont été déplacés dans des zones surpeuplées, dépourvues des moyens nécessaires à la vie humaine. La protection des opérations d'aide, y compris la sécurité des travailleurs humanitaires, et la prolifération des points de contrôle israéliens à l'intérieur de Gaza continuent d'entraver la réponse humanitaire.

Zenab, une femme enceinte dont le mari a été tué lors d'une attaque aérienne israélienne, a expliqué à CARE International en mars dernier qu'elle avait fui la ville de Gaza pour se rendre à Rafah, puis à Khan Younes. Elle a dû marcher pendant des heures pour se rendre dans différentes pharmacies, hôpitaux et centres de santé afin de trouver des médicaments pour faire face aux complications de sa grossesse, et n'a pas pu trouver suffisamment d'eau potable ou de nourriture. Son médecin a déclaré qu'elle avait besoin d'une césarienne et qu'elle devrait accoucher la semaine prochaine, mais il craint qu'il n'y ait pas de place dans l'un des hôpitaux qui fonctionnent encore partiellement.

Le système de santé de Gaza s’est effondré. Presque tous les hôpitaux de Gaza ont reçu des "ordres d'évacuation", sont assiégés par Israël ou seront bientôt à court de carburant et de fournitures. Le plus grand hôpital de Rafah, Abu Yousef al-Najjar, a été contraint de fermer ses portes à la suite d'un "ordre d'évacuation" émis par Israël et aucun hôpital du nord de la bande de Gaza n'est actuellement accessible. Les travailleurs médicaux affirment que des patients meurent chaque jour en raison d'une pénurie de fournitures médicales, alors que des médecins, des infirmières et d'autres travailleurs de la santé continuent d'être tués ou déplacés de force.

Selon Save the Children, les enfants ne peuvent plus être évacués de Gaza pour raisons médicales et luttent pour faire face aux horreurs auxquelles ils sont confrontés quotidiennement et à la perte de leur famille et de leurs proches. Ils ont désespérément besoin de soutien psychosocial.

L'organisation Juzoor, partenaire d'Oxfam, a déclaré le 19 mai que six des abris déjà surpeuplés qu'elle soutenait à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, ont été complètement détruits par les bombardements israéliens. Ces abris disposaient de services médicaux et accueillaient des personnes déplacées des zones environnantes du nord. Les membres du personnel qui ont fui la zone ont trouvé à leur retour des lits de patients brûlés et des équipements et fournitures médicales essentiels détruits.

Dans le sud de la bande de Gaza, l'acheminement de l'aide a été complètement interrompu. Toutes les boulangeries de Rafah ont dû fermer. La diminution des réserves, l'impossibilité d'accéder aux entrepôts stockant l'aide et l'insécurité ont contraint les agences d'aide à suspendre les distributions dans le sud, et pourraient bientôt être obligées de les suspendre à Khan Younes, Deir al-Balah et dans la ville de Gaza, car les réserves s'épuisent rapidement. De nombreux Palestiniens survivent désormais avec moins de 3 % de leurs besoins quotidiens en eau, alors que les températures s'élèvent dangereusement et que des maladies comme la diarrhée et l'hépatite se propagent rapidement.

L’annonce de points de passage supplémentaires et des initiatives comme celle du "quai flottant" ont donné l'illusion d'une amélioration, mais ne sont que des changements cosmétiques. Entre le 7 et le 27 mai, quelque 1 000 camions d'aide sont entrés à Gaza par l'ensemble des points de passage, dont le nouveau "dock flottant", selon l'ONU. Ce chiffre est alarmant compte tenu des besoins humanitaires croissants des 2,2 millions d'habitants de Gaza, et bien inférieur aux sept derniers mois.

Le point de passage de Rafah, l'un des principaux points d'entrée des travailleurs humanitaires et de l'aide dans la bande de Gaza, est fermé depuis le 7 mai, date à laquelle les forces israéliennes s’en sont emparées. Depuis, plus de 2 000 camions d'aide attendent à Arish, en Égypte, qu'Israël leur permette d'entrer, avec de la nourriture pourrie et des médicaments périmés, alors que les familles sont confrontées à des niveaux de famine accrus à quelques kilomètres de là. Alors que Kerem Shalom reste officiellement ouvert, les camions commerciaux ont été prioritaires, et l’acheminement de l'aide reste imprévisible, incohérent et extrêmement faible.

Les organisations humanitaires et les organisations de défense des droits de l'homme continuent d'appeler à un cessez-le-feu immédiat et durable, et à des itinéraires cohérents et prévisibles pour acheminer l'aide. Toutes les parties au conflit doivent protéger l'accès humanitaire et l'acheminement de l'aide. Les organisations appellent les belligérants à respecter le droit international humanitaire (DIH) et Israël à se conformer aux arrêts de la Cour internationale de justice (CIJ), y compris son plus récent, ordonnant à Israël de mettre fin à son offensive militaire sur Rafah. La communauté internationale, y compris les gouvernements tiers et les membres du Conseil de sécurité des Nations unies, restent liés par leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et des arrêts de la CIJ, afin de garantir la protection des Palestiniens.

Les organisations humanitaires travaillent 24 heures sur 24, essayant de fournir une aide vitale dans les circonstances les plus difficiles, mais il n'y a pas grand-chose à faire si les États continuent de se soustraire à leurs obligations légales et à leur responsabilité morale de garantir un cessez-le-feu.

 

Notes

  • Les agences d'aide ont à plusieurs reprises mis en garde contre toute tentative d'acheminer l'aide à Gaza par voie aérienne ou maritime - qui reste inefficace, coûteuse, voire dangereuse - qui ne saurait remplacer les points de passage terrestres et qui risquerait de détourner l'attention des obstacles auxquels les agences d'aide sont confrontées sur le terrain. Avant la crise, la moyenne par jour ouvrable des camions entrant à Gaza était de 500, carburant compris.
  • Entre le 7 et le 23 mai, 906 camions d'aide sont entrés dans la bande de Gaza par tous les points de passage terrestres et maritimes confondus, et 160 autres camions d'aide sont entrés entre le 24 et le 26 mai, soit un total de 1 066.
  • Plus de 81 026 Palestiniens de Gaza restent gravement blessés et toutes les évacuations médicales hors de Gaza ont été interrompues depuis qu'Israël s'est emparé du point de passage de Rafah le 7 mai. On estime à 14 000 le nombre de patients gravement malades ou blessés qui ont besoin d'un traitement vital à l'étranger.
  • Au total, 4 500 camions, dont des camions commerciaux ainsi que des camions d'aide, attendent toujours du côté égyptien du poste-frontière de Rafah.
  • Au point de passage terrestre de Kerem Shalom, les autorités israéliennes donnent désormais la priorité aux camions commerciaux sur les camions d'aide, ce qui signifie que la nourriture et les autres fournitures qui entrent ne parviendront pas à ceux qui en ont le plus désespérément besoin.
  • L'accès par Erez Ouest (Zikim) reste sévèrement limité.
  • Plus de 266 travailleurs humanitaires, en majorité palestiniens, ont été tués. 
  • Depuis le 7 mai, les organisations humanitaires du pôle logistique n'ont pas pu accéder aux installations de stockage, faciliter les services de stockage ou faire fonctionner le système de notification des cargaisons pour soutenir les acteurs humanitaires.
  • Au 7 mai, plus de 450 000 personnes se trouvaient dans la zone d'Al-Mawasi, selon l'UNRWA, et ce nombre a augmenté depuis que les attaques sur Rafah se sont intensifiées.

 

SIGNATAIRES :

  1. Premiere Urgence Internationale
  2. Médecins du Monde France
  3. Médecins du Monde Switzerland
  4. Médecins du Monde Spain
  5. Danish Refugee Council
  6. Norwegian Refugee Council
  7. CARE International
  8. Médecins Sans Frontières/Doctors Without Borders (MSF)
  9. Oxfam
  10. Save the Children International
  11. Plan International
  12. Amnesty International
  13. ActionAid International
  14. Humanity & Inclusion - Handicap International (HI)
  15. Norwegian People’s Aid
  16. War Child Alliance
  17. Secours Islamique France
  18. Action For Humanity
  19. Islamic Relief
  20. Mercy Corps
Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante
© T. Nicholson / HI
Mines et autres armes Urgence

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante

Depuis le 10 mai dernier, la Russie mène une nouvelle offensive dans la région. Avec la détérioration de la situation sécuritaire, les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter.