Accès direct au contenu

Négligée par sa famille, Zawadi trouve l'espoir dans un nouveau pays

Inclusion Secourir les déplacés/réfugiés
Kenya

À 23 ans, Zawadi a été gravement blessée dans un accident de la route en République démocratique du Congo, ce qui lui a causé un handicap permanent. Bien que Zawadi n'ait pas marché depuis, elle a retrouvé son indépendance avec le soutien de Humanité & Inclusion (HI), et dans un autre pays qu'elle appelle désormais son chez-soi. Cependant, son parcours n'a pas été sans difficultés.

À 23 ans, Zawadi Balagizi Giselle a été gravement blessée dans un accident de la route en République démocratique du Congo, ce qui lui a causé un handicap permanent.

À 23 ans, Zawadi Balagizi Giselle a été gravement blessée dans un accident de la route en République démocratique du Congo, ce qui lui a causé un handicap permanent. | © Humanity & Inclusion

Après son accident, Zawadi a subi plusieurs interventions médicales pour tenter de soigner ses blessures. Malheureusement, les médecins ont vite compris qu'elle serait incapable de marcher pour le reste de sa vie. Pour ne rien arranger, son père l'a mise à la porte sous la pression de la communauté, car les personnes handicapées sont victimes de discrimination et de stigmatisation en République démocratique du Congo.

"Dans notre pays, si vous êtes une personne handicapée, on dit que c'est une malédiction et une punition de Dieu", explique Zawadi.

Zawadi s'est retrouvée sans abri. Elle a réussi à trouver refuge dans une église locale où elle est restée pendant quelques années. Des fonds ont finalement été collectés pour l'envoyer au Kenya afin qu'elle y reçoive des soins médicaux appropriés et de qualité.

D'un pays à l'autre

En 2018, Zawadi a quitté le Congo, a traversé tout l'Ouganda et a finalement atteint le Kenya. Elle s'est alors inscrite à l'hôpital de Kijabe, situé dans la vallée du Rift, où elle a pu commencer des traitements, parfois coûteux. N'ayant pas d'économies en raison de sa situation, l'argent s'est vite épuisé. Zawadi a dû se remettre en route pour trouver un autre abri.

Un ami kenyan lui a parlé du bureau de l'ONU à Nairobi et lui a proposé de l'y emmener. Peut-être obtiendrait-elle de l'aide des autorités de l'ONU ? Zawadi s'embarque pour ce qui sera son dernier voyage. Peu après, elle s'est inscrite auprès du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et a été transportée au camp de Kakuma où elle a enfin pu poser ses valises !

Une nouvelle maison

À son arrivée au camp de réfugiés, Zawadi a été immédiatement orientée vers le centre de réadaptation de HI. Après évaluation, on lui a diagnostiqué une lésion totale de la colonne vertébrale. Ce nouveau diagnostic a confirmé que les traitements qu'elle avait reçus n'étaient pas les bons. Des services de réadaptation lui ont été proposés, notamment une thérapie physique et professionnelle et un soutien psychosocial. HI lui a fourni un fauteuil roulant et a également effectué des travaux à son domicile pour en améliorer l'accessibilité. Zawadi a également été orientée vers un centre professionnel où elle a appris à tricoter. Elle a ainsi pu créer sa propre entreprise de fabrication de housses de table et de sièges, ce qui lui a permis d'être financièrement indépendante.

"Avoir sa propre entreprise quand on est handicapé, c'est une tâche difficile ! Mais je devais réussir pour survivre", dit Zawadi.

L'impact de COVID-19

Malgré les difficultés, Zawadi a réussi dans son entreprise. Au début, elle gagnait suffisamment pour subvenir à ses besoins et même économiser un peu d'argent. Tout se passait bien. Puis la COVID-19 est arrivée !

Les restrictions sanitaires ont eu un impact important sur ses ventes, qui ont considérablement diminué.

"Les gens préfèrent acheter des masques plutôt que des sièges de protection", explique-t-elle.

Le prix des matériaux et les pénuries d'approvisionnement ont fait des ravages. Toujours déterminée, Zawadi a décidé de s'inscrire à des cours d'informatique et de beauté dans un centre professionnel voisin.

Zawadi espère que la pandémie prendra fin très bientôt afin qu'elle puisse remettre son entreprise sur les rails. En attendant, elle peut compter sur le soutien de HI qui continuera d'encourager, de motiver et de donner les moyens aux personnes handicapées de surmonter les défis de la COVID-19 et d'acquérir de nouvelles compétences.

La Mastercard Foundation s'associe à HI pour aider les réfugiés au Kenya

Le programme de rétablissement et de résilience de la Mastercard Foundation face à la COVID-19 a deux objectifs principaux. Premièrement, fournir un soutien d'urgence aux travailleurs de la santé, aux premiers intervenants et aux étudiants. Deuxièmement, renforcer les diverses institutions qui constituent la première ligne de défense contre les conséquences sociales et économiques de cette maladie. Il s'agit notamment des universités, des prestataires de services financiers, des entreprises, des start-ups technologiques, des incubateurs, des agences gouvernementales, des organisations de jeunesse et des organisations non gouvernementales.

Pour en savoir plus sur le programme de rétablissement et de résilience face à la COVID-19 de la Mastercard Foundation, veuillez visiter leur site.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Devenir actrice du changement de regard sur le handicap
© Mangafeo / HI
Inclusion

Devenir actrice du changement de regard sur le handicap

Norcia a la chance de s’épanouir à l’école grâce à l’éducation inclusive. À 17 ans, elle est devenue ambassadrice pour HI, et contribue à la promotion de l’inclusion à Madagascar.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.