Goto main content

Népal « Quand les secousses se sont calmées, c’était l’apocalypse»

Réadaptation Urgence
Népal

Sudan Rimal, 29 ans, est physiothérapeute pour HI au Népal. Suite au séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage.

Nirmala et Sudan, à l'hôpital quelques jours après le séisme

© Lucas Veuve/ HI

« J’avais 26 ans, je travaillais pour HI depuis cinq jours. J’étais à l’hôpital Bir Trauma Center, à Katmandou, en train de faire le bandage d’un patient. La terre a commencé à trembler. Tout le monde s’est rué vers la sortie. Je suis d’abord resté avec le patient à l’intérieur, puis on est descendus et on s’est réfugiés en bas du bâtiment. Tout le monde hurlait. Quand les secousses se sont calmées, c’était l’apocalypse. Beaucoup de gens étaient morts, on a dû transporter les cadavres. Les jours et mois qui ont suivi, on a travaillé énormément, sans relâche. Il y avait tellement de personnes blessées. J’ai appris à garder mon sang froid et à travailler dans un contexte d’urgence. Aujourd’hui, je pense que je sais tout faire ».

« J’ai notamment rencontré Nirmala et Khendo, deux petites filles qui se sont retrouvées ensevelies sous les murs de leur maison. Elles ont perdu une jambe. Jour après jour, j’ai massé le moignon, leur ai appris les exercices, leur ai donné envie de se relever. Trois ans plus tard, Nirmala et Khendo sont incroyables. Elles remarchent et vont à l’école. Nirmala veut devenir actrice, Khendo, institutrice ou infirmière, pour ‘soigner les blessés’. Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes. J’aime mon métier et je me sens très engagé ».

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Lara, une enfant handicapée dans la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

Lara, une enfant handicapée dans la guerre

Lara, âgée de 8 ans, a une paralysie cérébrale. Elle vit l'expérience terrifiante de la guerre.

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.