Goto main content

Pour que les familles isolées puissent se protéger

Urgence
Haïti

Malgré la récurrence des catastrophes en Haïti, la population est toujours très vulnérable aux désastres, faute d’infrastructures et de services de secours suffisants. Handicap International a mis en place depuis plusieurs années plusieurs projets de prévention des risques de désastres, pour aider les personnes les plus isolées à se protéger.

(Archive) Séance de sensibilisation aux risques

(Archive) Séance de sensibilisation aux risques | A.Richard/Handicap International

Alors que l’ouragan Irma approche des côtes Nord d’Haiti, après avoir ravagé plusieurs iles de la Caraïbe, dont Saint-Martin et Saint-Barthélemy ce mercredi, la population haïtienne se prépare au pire. Avec des moyens souvent rudimentaires, les familles tentent de limiter les conséquences des vents violents et des fortes pluies qui peuvent engendrer des conséquences dramatiques.

L’association conduit depuis 2013 des projets de gestion des risques de désastres pour aider les personnes les plus isolées, qui ne peuvent compter que sur elles-mêmes en cas de catastrophe naturelle. Elles sont de fait souvent coupées du reste du pays pendant plusieurs jours, quand les rivières sortent de leurs lits, que les routes sont entravées par de glissements de terrains. Des kits contenant des lampes de poche, des radios, des pochettes étanches ainsi que des bâches ont été distribuées à des familles notamment dans le Sud du pays, pour leur permettre de se mettre à l’abri et de préserver leurs habitations et leurs documents essentiels. Ces familles ont aussi été sensibilisées sur la nécessité de rejoindre les abris lors des alertes tels que les écoles et lycées ou dans certains abris construits en dur. Handicap International a par ailleurs réalisé des travaux d’accessibilité (rampes inclinées par exemple) dans plusieurs établissements, de manière à permettre aux personnes handicapées ou aux personnes âgées de se mettre rapidement en sécurité.

Handicap International plaide également pour que les personnes handicapées soient intégrées dans la réponse aux urgences. Pour que ces personnes ne soient pas oubliées lors des catastrophes. L’association travaille sur ce projet à la fois avec les autorités, notamment la direction de la Protection civile haïtienne, et avec les organisations de personnes handicapées. Un enjeu majeur dans un pays très exposé aux catastrophes. Des 56 désastres survenus dans le pays et reconnus internationalement, on relève 20 catastrophes majeures au cours du 20ème siècle et 4 au cours de la dernière décennie. À l’échelle mondiale, Haïti est le troisième pays le plus touché par les événements climatiques, selon l’index mondial sur le changement climatique publié en 2016 par Germanwatch.

Handicap International, présente dans le pays depuis 2008, est intervenue suite à l’ouragan Matthew, en octobre 2016, ainsi que lors du séisme de 2010. L’association, qui compte une trentaine de salariés dans le pays, mène également des projets de réduction de risques de catastrophes naturelles en lien avec la Direction de la protection civile dans plusieurs départements du pays.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les enfants ne vont plus l’école
© HI
Urgence

Les enfants ne vont plus l’école

Les écoles de Gaza sont fermées à cause des violences, alors qu'arrive-t-il aux enfants qui ne sont plus scolarisés ?

Journée mondiale d'action le 2 mai : Cesser tout transfert d'armes
© HI
Mines et autres armes Urgence

Journée mondiale d'action le 2 mai : Cesser tout transfert d'armes

HI, au sein de la coalition Ceasefire Now, participe à une journée d'action appelant à cesser tout transfert d’armes et demande un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Mines et autres armes Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, Humanité & Inclusion exprime sa profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.