Goto main content

Raqqa : HI démine une partie de l’Euphrate pour permettre la reconstruction d'un pont

Mines et autres armes
Syrie

Les experts en déminage sous-marin de HI ont dégagé une partie de l'Euphrate pour permettre la reconstruction d'un pont important pour l'économie de Raqqa.

Le pont Al-Rashid est en cours de reconstruction après les opérations de déminage menées par HI.

Le pont Al-Rashid est en cours de reconstruction après les opérations de déminage menées par HI. | © A.Almbred / HI

Détruit par les bombes

Le pont Al-Rashid, au sud-ouest de Raqqa, est un lien vital entre la ville et les localités situées de l'autre côté de l'Euphrate.

Il a été détruit lors des combats dans la ville en 2017, ce qui a gravement perturbé les transports et les déplacements depuis lors.

La restauration d'un vieux pont il y a quelques années a permis d'atténuer certains problèmes, mais les engins lourds, les camions et les bus doivent toujours faire un long détour par l'ouest de Raqqa pour accéder à Tabqa et rejoindre la route d'Alep. Les déplacements vers les autres gouvernorats syriens restent compliqués.

La reconstruction du pont Al-Rashid était impossible en raison de la présence de munitions explosives, en particulier dans les eaux de l'Euphrate. La majeure partie de cette contamination est due aux bombes larguées sur le pont pendant le conflit et qui n'ont pas explosé au moment de l'impact.

Permettre la reconstruction du pont

En mai dernier, une équipe de 12 démineurs HI, supervisée par un plongeur démineur, a travaillé pendant cinq jours pour nettoyer la zone et permettre à l'équipe de génie civil de la ville de commencer à reconstruire le pont.

L'environnement était difficile à cause du courant rapide et de la visibilité limitée des restes d'explosifs disséminés dans la zone. La présence de gravats a ajouté à la complexité de la tâche.

L'équipe de déminage sous-marin a réussi à neutraliser, enlever et détruire 109 objets explosifs, y compris des grenades propulsées par fusée, des projectiles et des charges principales qui entravaient les efforts des autorités locales pour reconstruire le pont de Raqqa.

« Ce projet montre que la reconstruction commence par le déminage. En Syrie, les zones urbaines et suburbaines sont toujours touchées. C'est dans les villes que l'on trouve le plus grand nombre d'engins explosifs, y compris dans les sources d'eau. Quatre-vingts pour cent de Raqqa a été détruite pendant les combats. En 2023, de nombreux bâtiments et infrastructures sont encore contaminés, abandonnés ou utilisés de manière dangereuse comme abris par les personnes déplacées. Le nettoyage des zones urbaines contribue directement à la sécurité et au bien-être des communautés et facilite la reconstruction. »

Sara Alves, Coordinatrice des programmes HI pour le Nord East de la Syrie

6 500 mètres carrés déminés

En plus d'enlever les objets dangereux autour du pont, l'équipe a étendu la zone à dépolluer pour permettre à l'entrepreneur de travailler dans un environnement sûr, sans le danger omniprésent des munitions explosives.

6 500 mètres carrés de terrain ont été déblayés à une profondeur de 8 mètres.
La zone autour du pont est maintenant sûre et les processus de réhabilitation et de remblayage sont en cours. Dans quelques mois, la circulation reprendra sur le pont et les liens entre Raqqa et le reste de la région seront pleinement rétablis.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.

 

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante
© T. Nicholson / HI
Mines et autres armes Urgence

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante

Depuis le 10 mai dernier, la Russie mène une nouvelle offensive dans la région. Avec la détérioration de la situation sécuritaire, les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter.