Goto main content

Tsunami en Indonésie : « Plus de 190 000 personnes ont besoin d’aide »

Urgence
Indonésie

Un séisme puis un tsunami ont violemment frappé le centre de l’archipel d’Indonésie le 28 septembre, causant plus de 1 400 décès et plus de 2 500 blessés graves. HI, qui a envoyé une équipe d’experts urgence en renfort, coordonne sa réponse avec les organisations locales.

Des hommes recherchent toujours un membre de leur famille dans leur maison endommagée au village de Balaroa à Palu le 1er octobre 2018, suite au tremblement de terre et au tsunami qui ont frappé la région le 28 septembre.

Des hommes recherchent toujours un membre de leur famille dans leur maison endommagée au village de Balaroa à Palu le 1er octobre 2018, suite au tremblement de terre et au tsunami qui ont frappé la région le 28 septembre. | © AFP PHOTO/ADEK BERRY

Humanity & Inclusion (HI) vient d’envoyer plusieurs experts en Indonésie pour qu’ils atteignent la zone affectée le plus rapidement afin de pouvoir soutenir le plus rapidement possible les plus de victimes ayant besoin d’aide à la suite des séisme et tsunami ayant secoué l’île ce 28 septembre particulièrement les blessés et leur famille. De nombreux hôpitaux sont endommagés et des plus de 2 500 personnes blessées.

Au fur et à mesure que la situation se calme et que l’accès aux zones les plus sinistrées devient possible, le nombre de victimes ne cesse d’augmenter.

« Nous envoyons une équipe complète d’experts urgentistes qui viennent renforcer les effectifs sur place » indique Fanny Mraz, directrice des équipes d’urgence de HI.

« La plus-value de HI, dans des contextes d’afflux de patients dans les hôpitaux, est de proposer une réadaptation d’urgence qui permette d’éviter des dégâts irréversibles, notamment la survenue de handicaps permanents. Nous portons également une attention particulière à l’accompagnement psychologique des patients, car ce type de situation est difficile ».

« Nous n’intervenons pas seuls, deux membres de nos partenaires locaux se rendent dans la région de Palu pour évaluer les besoins », poursuit-elle. « Il est important de collaborer avec les équipes médicales locales, déjà présentes dans les hôpitaux pour soigner les nombreux blessés, afin d’apporter la meilleure aide possible aux victimes».

 

Présente dans le pays depuis 2005, HI y soutient de manière régulière les victimes de catastrophes naturelles. Ses membres organisent des ateliers de prévention des désastres et des ateliers visant à améliorer la résilience des communautés.

 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.