Goto main content

Ukraine: Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées

Mines et autres armes
Ukraine

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins plus de 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.  

© M.Monier / HI

Le mois de mai a enregistré le plus grand nombre de victimes civiles depuis juin 2023 et une augmentation significative des décès de civils par rapport à avril 2024. Cette augmentation est principalement due à l'offensive terrestre lancée par la Fédération de Russie dans la région de Kharkiv. Plus de la moitié des civils tués ou blessés se trouvaient dans la région de Kharkiv, alors que la grande majorité des victimes civiles se trouvaient sur le territoire contrôlé par le gouvernement ukrainien.  

Si l'offensive terrestre lancée par la Fédération de Russie a de graves conséquences pour les civils, ceux-ci ont été particulièrement exposés à l'utilisation d'armes explosives depuis l'escalade de la guerre en février 2022.  

L'année 2024 continue de voir des dommages significatifs infligés aux civils dans la conduite de la guerre. 

Nous avons choisi de mettre en évidence 22 incidents significatifs, basés sur les rapports de la Mission de surveillance des droits de l'homme de l'ONU en Ukraine, ainsi que 5 derniers incidents significatifs survenus en juin 2024, impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet de zone étendu dans des zones peuplées qui ont entraîné la mort ou la blessure de civils. 

Janvier 2024 

  • Les 2, 8 et 23 janvier, des attaques de missiles et drones frappent plusieurs villes et localités, dont Kiev et Kharkiv, tuant au moins 26 civils et en blessant 190.
  • Le 6 janvier, un tir de missile à Pokrovsk et Rivne, dans la région de Donetsk, a tué les membres de deux familles et blessé 10 autres civils. Deux garçons sont toujours considérés comme disparus. 

  • Le 21 janvier, des tirs d'obus ont touché deux marchés et une zone résidentielle dans la ville de Donetsk, tuant 24 civils (15 femmes et 9 hommes) et blessant au moins 11 civils. 

 

Février 2024 

  • Le 3 février, une attaque frappe une boulangerie et un café à Lysychansk, dans la région de Louhansk, qui aurait fait 29 morts et 9 blessés. Au moins 13 individus parmi les tués et les blessés étaient des civils. 

  • Le 9 février, sept civils ont été tués, dont deux hommes, deux femmes et trois jeunes garçons, lorsque des drones ont frappé une station-service dans un quartier résidentiel de Kharkiv, déclenchant un incendie qui a réduit en cendres au moins 15 maisons d'habitation. 

  • Le 14 février, un hôpital central de Selydove, dans la région de Donetsk, a été frappé, entraînant la mort de deux femmes et d'un garçon de 9 ans, et blessant au moins deux femmes, un homme et un garçon. 

  • Le 20 février, une attaque de drone a tué une famille entière dans sa maison à Nova Sloboda, dans la région de Sumy. 

 

Mars 2024 

  • Le 2 mars, 11 civils ont été tués et 8 civils blessés à Odessa lors d'une attaque de drones. Trois familles ont perdu au moins deux de leurs membres dans cette attaque. Cet incident est le plus meurtrier pour les enfants depuis plus de neuf mois. 

  • Le 12 mars, 6 civils ont été tués et au moins 25 blessés lorsque des missiles ont frappé Kryvyi Rih, dans la région de Dnipropetrovsk. 

  • Le 15 mars, deux frappes de missiles consécutives en l'espace de 15 minutes auraient tué 21 personnes et en auraient blessé 66 autres à Odessa. La HRMMU a vérifié qu'au moins 20 des personnes tuées et blessées étaient des civils, dont certains étaient des travailleurs des services d'urgence et médicaux venus aider les blessés après la première attaque. 

 

Avril 2024 

  • Le 5 avril, 4 civils ont été tués et 27 civils blessés à Zaporizhzhia à la suite de frappes de missiles. Des journalistes figurent parmi les blessés. 

  • Le 19 avril, des missiles et des drones ont frappé des infrastructures ferroviaires et leurs environs dans la région de Dnipropetrovsk, notamment à Dnipro, Kryvyi Rih et Synelnykove, tuant 8 civils et en blessant 22. Une frappe a tué quatre membres d'une même famille, dont deux enfants, laissant un garçon de 6 ans blessé orphelin. 

  • Le 29 avril, ce qui semble être une arme à sous-munitions a frappé une promenade en bord de mer dans la ville d'Odessa dans la soirée, tuant 7 civils et en blessant des dizaines, dont une fillette de 4 ans. 

 

Mai 2024 

  • Le 19 mai, deux frappes consécutives sur un centre de loisirs au bord d'un lac à Cherkaska Lozova, dans la région de Kharkiv, tuent 6 civils et en blessent au moins 13.  

  • Le 23 mai, des missiles frappent une imprimerie dans la ville de Kharkiv, tuant 7 employés et blessant au moins 21 civils.  

  • Le 25 mai, une attaque a frappé un grand hypermarché de construction dans la ville de Kharkiv, tuant 19 civils et en blessant 54, dont de nombreux employés. 

  • Le même jour, un missile a frappé le centre-ville de Kharkiv, blessant 25 civils.  

  • Vers minuit les 30 et 31 mai, plusieurs missiles frappent un quartier résidentiel de Kharkiv, dont un immeuble de plusieurs étages, tuant 9 civils et en blessant au moins 15. 

  • Le 20 février, une attaque de drone a tué une famille entière dans sa maison à Nova Sloboda, dans la région de Sumy. 

 

Juin 2024 

Les bombardements et le pilonnage des villes et villages ukrainiens affectent directement la population civile, qui court un risque élevé de décès, de blessures liées à la guerre et de traumatismes psychologiques, entrainant des besoins accrus en matière de réadaptation, de soutien psychologique et psychosocial et d'autres services. La nouvelle offensive des forces armées de la Fédération de Russie entraîne une recrudescence des bombardements dans les zones peuplées, avec des conséquences dévastatrices et des répercussions pour les civils en termes d'accès aux services essentiels, à la santé, à l'alimentation et à l'énergie.  

 

Nous dénonçons fermement les dommages causés aux civils par les bombardements et les tirs d'artillerie sur les villes et les villages dans le cadre de la guerre en Ukraine. Nous condamnons toutes les violations du droit international humanitaire et du droit international des droits de l'homme. Cela inclut la violation des principes de distinction, de proportionnalité et de précautions réalisables, l'utilisation d'attaques indiscriminées, l'utilisation d'armes internationalement interdites, telles que les mines antipersonnel et les armes à sous-munitions, les attaques contre les civils et les biens civils, y compris les établissements de santé et autres infrastructures civiles essentielles, et les attaques contre les personnels de santé et humanitaires. 

Nous appelons également les gouvernements à rejoindre et à mettre en œuvre de toute urgence la déclaration politique sur le renforcement de la protection des civils contre les conséquences humanitaires de l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées. 

 

Déclaration commune de  : 

Handicap International - Humanité & Inclusion

CARE

OXFAM

WeWorld

 

 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Kharkiv est régulièrement bombardée, les gens craignent pour leur vie » !
© HI 2024
Mines et autres armes

« Kharkiv est régulièrement bombardée, les gens craignent pour leur vie » !

Un mois après le début d’une nouvelle offensive russe dans la région de Kharkiv, les bombardements répétés font payer un lourd tribut à la population.

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.