Goto main content

Ukraine : HI achemine l'aide jusqu'au « dernier kilomètre »

Urgence
Ukraine

La plateforme logistique de HI en Ukraine aide « Save the Children » à livrer des biens humanitaires essentiels dans la ville bombardée de Bakhmut.

Les équipes de HI partent de Dnipro pour livrer des biens humanitaires à Ivanivske, en Ukraine.

Les équipes de HI partent de Dnipro pour livrer des biens humanitaires à Ivanivske, en Ukraine. | © HI

A l'est de l'Ukraine, l'accès aux zones proches de la ligne de front du conflit est le principal enjeu des acteurs humanitaires qui viennent au secours des populations empêchées de fuir la guerre.

Avec le soutien de l'Union européenne, HI transporte des marchandises et des fournitures essentielles depuis la ville de Dnipro jusqu'au « dernier kilomètre » des villes et villages situés au cœur du conflit, à moins d’une vingtaine de kilomètres de la ligne de front. Notre équipe de chefs de projet, de logisticiens, d'experts en sécurité et de chauffeurs hautement expérimentés offre à plus de 20 organisations partenaires des solutions logistiques innovantes, éthiques et respectueuses de la sécurité. La plateforme logistique est déployé dans le cadre d'un partenariat global avec les organisations Bioport et RLH Coop.

Bakhmut : une urgence humanitaire

Dimanche le 10 juillet, HI a reçu sa 128eme demande de transport en Ukraine depuis mars. « Save the Children » voulait envoyer 10 tonnes d'eau et de nourriture à Bakhmut le surlendemain.

La ville de Bakhmut est située à l'est de la région de Donetsk. Avant la guerre, elle comptait près de 80 000 habitants. Aujourd'hui, il en reste près de 15 000, qui survivent à onze kilomètres à peine de la ligne de front. Depuis le 25 juin 2022, la commune est le théâtre d'intenses bombardements, de jour comme de nuit. En ville, quasi plus aucun commerce n'est ouvert et le réseau d'eau potable a été violemment endommagé. Les habitants sont venu à bout de leurs dernières réserves d’eau et de vivres.

Bakhmut est désormais classée en « zone rouge ». Le lendemain de la demande, la ville a été bombardée à neuf reprises en une journée.

Ouvrir l’accès humanitaire : à quel prix ?

« Dans ce contexte, livrer à Bakhmut représentait un risque important pour nos équipes », explique Bruno Michon, responsable des opérations logistiques de HI en Ukraine. « Cependant, nous avons dû prendre la décision d'y aller ou non. Quel est l'intérêt humanitaire de ce transport par rapport au risque sécuritaire qu'il implique de prendre? »

En Ukraine, les équipes de HI se posent quotidiennement cette question. Pour y répondre, chaque demande de transport est scrupuleusement analysée par une équipe d'experts en accès humanitaire.

« Cette fois ci, la réponse est venue rapidement : se rendre à Bakhmut est trop risqué. Quelle est la solution pour que cette aide parvienne à celles et ceux qui en ont besoin ? » demande Bruno. La réponse est venue des habitants de Bakhmut eux-mêmes et des volontaires chargés de receptionner la cargaison de Save the Children.

« En moins de 24 heures et après de multiples rebondissements, ils nous ont informés qu'ils avaient trouvé un camion et quelques litres de fuel. Ils nous ont proposé de nous rencontrer pour transférer la marchandise d'un camion à l'autre, ce qu'on appelle un 'Kiss', à 10 minutes de Bakhmut à Ivanivske. Nous l’acceptons. Mais ce "kiss" devait être orchestré à la minute près, sans aucune perte de temps lors du déchargement et du chargement des deux camions. C'est à cet instant précis que les équipes sont le plus exposées au danger », explique Bruno.  

Un « kiss » à Ivanivske 

Le 12 juillet 2022 à 6h20, Taras, le chauffeur de HI, a quitté la villeLe « kiss » pour déplacer les marchandises entre deux camions à Ivanivske. © HI de Dnipro avec les fournitures à livrer. À 9 h 40, après de nombreux points de contrôle, les volontaires de Save The Children à Bakhmut reçoivent un signal : c'est maintenant ! « Ils ont 25 minutes seulement pour se rendre au point de rencontre à Ivanivske. Les tensions sont fortes, il n'y a pas de temps à perdre. »

Au lieu-dit à 10h05, les deux camions se garent dos à dos et les cartons passent de l’un à l’autre à un rythme effréné. Le « kiss » ne dure que quelques minutes, avant que chaque camion ne reparte dans un sens opposé, sans perdre un instant.

Ce jour-là, sur la carte humanitaire, le « dernier kilomètre » de HI s'est arrêté aux portes de la ville de Bakhmut. Cependant, grâce à l'expertise logistique et à une chaîne de solidarité, les habitants de Bakhmut ont pu recevoir de la nourriture et de l'eau pour leurs familles.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Lara, une enfant handicapée dans la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

Lara, une enfant handicapée dans la guerre

Lara, âgée de 8 ans, a une paralysie cérébrale. Elle vit l'expérience terrifiante de la guerre.

Ukraine: Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées
© M.Monier / HI
Mines et autres armes

Ukraine: Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins plus de 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.  

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.