Goto main content

Un hôpital soutenu par Handicap International touché par un bombardement en Syrie

Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Un hôpital soutenu par Handicap International dans le Gouvernorat de Deraa (Sud Syrie) a été indirectement touché par un bombardement dans la soirée du 13 février. Plusieurs membres du personnel ont été blessés et le bâtiment est partiellement détruit.  

© Handicap International | © Handicap International

Parmi les personnels blessés se trouvent trois membres de l’équipe médicale et un employé administratif, selon le partenaire de Handicap International. Ils sont actuellement pris en charge dans un autre établissement.  L’entrepôt de l’hôpital, ainsi que les unités de chirurgie et le secteur administratif sont partiellement détruits ou hors d’état de fonctionner. L’intensité des combats, les tirs aériens et les bombardements ont contraints plus de 12 000 personnes à fuir cette zone au cours des 4 derniers jours.

Depuis le début du conflit en Syrie, plus de 450 structures de santé ont subi des attaques, et plus de 750 personnels médicaux ont été tués[1]. Pour la seule année 2016, environ 200 attaques sur des centres de santé ont été recensées dans le pays[2]. Les hôpitaux sont régulièrement ciblés, directement ou indirectement, à chaque fois causant des morts, des blessés et des destructions. 

« Il est inacceptable que les structures de santé soient endommagées ou détruites par des attaques, privant ainsi les personnes les plus touchées par le conflit de soins essentiels, » souligne Jean-Pierre Delomier, directeur des opérations d’urgence chez Handicap International. « La communauté internationale doit condamner avec davantage de force ces attaques et peser de tout son poids pour les faire cesser. Les différentes parties au conflit doivent respecter leurs obligations et cesser d’utiliser les armes explosives dans les zones peuplées ».

Handicap International a lancé une campagne internationale et une pétition pour demander l’arrêt de l’usage d’armes explosives dans les zones peuplées. L’association appelle tous les Etats à travailler à une déclaration commune pour mette fin à cette pratique et reconnaitre son impact direct sur la vie des civils.

 

[1] Data provided by the UOSSM (Union of Medical Care and Relief Organizations).

[2] http://www.who.int/emergencies/attacks-on-health-care/en/

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques Mines et autres armes

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques

L'Observatoire des mines 2022 fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines – dont les mines improvisées et les restes explosifs de guerre - pour la septième année consécutive. L'Observatoire a enregistré 5 544 victimes en 2021. 75 % d'entre elles étaient des civils.Ce chiffre élevé est principalement le résultat de l'augmentation des conflits armés et de la contamination par les mines improvisées depuis 2015. L'utilisation de mines par les armées de la Russie et du Myanmar, ainsi que par des groupes armés non étatiques dans cinq pays, sont les principaux facteurs d'une forte augmentation mondiale de l'utilisation de ces armes en 2022.

Les États se réuniront à Genève du 21 au 25 novembre pour la 20e conférence annuelle du Traité d'Ottawa qui interdit les mines. Alors que nous célébrons les 25 ans de ce traité, HI exhorte les États à faire pression sur les parties au conflit pour qu'elles mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares et à soutenir le financement de l'aide aux victimes qui se réduit malgré des besoins croissants et un nombre élevé de victimes ces dernières années.

Lire le rapport au complet en anglais.

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 80 États ont adopté un accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, lors de la conférence de Dublin, le 18 novembre 2022.

Le jour où j’ai marché sur une mine, mon destin a été tracé
© J. M. Vargas / HI
Mines et autres armes

Le jour où j’ai marché sur une mine, mon destin a été tracé

Marta Quintero travaille depuis 7 ans sur les opérations de déminage de HI en Colombie. Elle œuvre pour l’avenir de son pays grâce à une détermination sans faille, fruit de son histoire personnelle.