Goto main content

Un soutien psychosocial redonne espoir à la famille de Béatrice et de Rose

Santé
Ouganda

En Ouganda, avec le soutien de ECHO, HI aide les réfugiés ayant vécu des événements traumatiques à aller mieux et à améliorer leur bien-être psychosocial.

Béatrice, une travailleuse psychosociale de HI, et Rose sont assises sur un banc devant leur maison. Les trois femmes sont souriantes.

Béatrice, une spécialiste de la santé mentale et du soutien psychosocial chez HI, et Rose, assises sur un banc devant leur maison dans un camp de réfugiés. | © HI

Béatrice (nom d’emprunt) est une femme de 49 ans qui s’est réfugiée en Ouganda avec sa famille pour échapper à l'instabilité de son pays d'origine, la République démocratique du Congo. Avec sa fille Rose (nom d’emprunt), qui a été victime de violences sexuelles, elle participe à des séances de soutien psychosocial qui l’aident à cheminer vers l’acceptation et l’amour de soi.

Vivre avec un traumatisme

Les expériences traumatiques qu'elle avait vécues en RDC hantaient toujours Béatrice après son arrivée en Ouganda. Elle faisait des cauchemars, des insomnies et avait perdu l'appétit. Béatrice avait l'impression d'avoir échoué dans son rôle de mère et vivait dans un grand état de stress. Elle avait même perdu tout espoir.

Sa fille unique, Rose, avait été violée. La jeune femme luttait pour faire face aux conséquences de la violence qui lui avait été infligée. Elle ressentait beaucoup de colère et se montrait grossière et agressive envers ses frères et sœurs. Suit à son viol, Rose avait donné naissance à un enfant qu’elle n'avait pas trouvé le courage d'aimer.

Lorsque Béatrice a fait part de ses troubles à l'une de ses amies, celle-ci l'a orientée vers HI. Béatrice a été accueillie par un travailleur psychosocial qui a réalisé une évaluation et l'a inscrite à un groupe de soutien psychosocial. Béatrice a convaincu Rose de l’y rejoindre. Elles ont toutes deux pris part à des séances de groupe où elles ont rencontré des femmes ayant des troubles psychologiques similaires.

Trouver l'acceptation et l'amour de soi

Béatrice, Rose et leur famille reçoivent la visite d'une agente de santé mentale et de soutien psychosocial de HI pour une séance de suivi. © HILa première session portait sur le stress et comment le gérer, ce qui s’est révélé très utile pour Béatrice. Grâce aux autres membres du groupe, elle a appris qu'elle et sa famille n'étaient pas les seules à vivre ces situations, ce qui lui a permis d’arrêter de culpabiliser. Béatrice et Rose ont acquis des techniques à utiliser dans des situations stressantes, comme trouver quelqu'un à qui parler, effectuer des exercices de respiration ou parler à d'autres femmes. Au cours de ces séances, d'autres femmes se sont ouvertes à leurs difficultés et cela les a beaucoup aidées.

Après cinq séances de soutien, le bien-être psychosocial de Béatrice et de Rose s'est nettement amélioré.

« J'étais si heureuse de voir ma fille sourire pour la première fois depuis longtemps, » a déclaré Beatrice. Rose, quant à elle, se souvient : « Je ne pouvais pas dormir sans prendre des antidépresseurs. Je criais sur mes frères et sœurs et je détestais vraiment ma vie. Depuis que je participe à ces séances, mes relations avec ma famille se sont apaisées, je suis désormais amie avec ma mère et avec mes frères et sœurs. J'ai compris que je ne pouvais pas changer ce qui m'était arrivé, mais je peux apprendre à m'accepter et à m'aimer de nouveau. » 

Avec le temps, la vie deviendra plus douce

Béatrice raconte que c'est désormais Rose qui soutient ses frères et sœurs à la maison. Elle est redevenue active : elle s’acquitte par exemple de tâches ménagères. Rose parle, sourit, aime son enfant et dort bien sans avoir besoin de recourir à des antidépresseurs. Toute la famille vit désormais en harmonie. Ils ont même créé une petite entreprise de restauration.

Béatrice est très reconnaissante de l’aide apportée par les séances à l’ensemble de sa famille. Ils peuvent désormais discuter, sourire et travailler ensemble. Aujourd’hui, Béatrice est convaincue que la vie s'améliorera avec le temps.

Grâce à ce projet, financé par l'Aide humanitaire et protection civile de l'Union européenne, les demandeurs d'asile et les réfugiés nouvellement arrivés de RDC et du Soudan du Sud ainsi que leurs communautés d'accueil ont bénéficié d'une protection et d'un soutien en matière de santé mentale par le biais d'un accès à la protection, à des activités d'autonomisation financière, de responsabilisation et de leadership. Entre mai 2022 et février 2023, 2 006 personnes ont ainsi bénéficié d'un soutien en santé mentale et d'un soutien psychosocial et 825 personnes ont reçu une aide à la réadaptation physique et fonctionnelle.
Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Bonnes nouvelles - Mai 2024
© Mangafeo / HI
Droits Inclusion Mines et autres armes Santé

Bonnes nouvelles - Mai 2024

Bonnes nouvelles en Mai chez Humanité & Inclusion : déminage en Colombie, réadaptation au Soudan du Sud et éducation inclusive à Madagascar.

« Nous avons besoin de deux fois plus de fournitures »
HI
Réadaptation Santé Urgence

« Nous avons besoin de deux fois plus de fournitures »

L’infirmière Wala soigne les personnes chez elles et dans les camps de déplacés. Elle parle de sa vie, de son travail et de la situation à Gaza.