Goto main content

Yasser : tout perdre à 12 ans

Mines et autres armes Réadaptation
Yémen

Comme tous les soirs, Yasser, 12 ans, faisait ses devoirs à la maison. Une bombe a emporté sa jambe et tué son père. Soutenu par HI, le petit garçon se bat pour se reconstruire. 

Yasser, 12 ans, en pleine séance de rééducation au centre de Sana’a

Yasser, 12 ans, en pleine séance de rééducation au centre de Sana’a | HI

Au Yémen, les familles subissent les effets dévastateurs d’une guerre qui n’est pas la leur. Yasser n’a que 12 ans : après un bombardement, il s’est réveillé amputé d’une jambe à l’hôpital. 

Une enfance sacrifiée 

Yasser est un petit garçon qui adore jouer au football avec ses amis. Il passe beaucoup de temps avec son père, dont il est particulièrement proche. Un soir, alors qu’ils font ensemble les devoirs de Yasser sur le toit de l’appartement familial, les bombes se mettent à pleuvoir. Yasser se réveille à l’hôpital : il lui manque une jambe. Sa maison a été détruite. Son père est mort. 

L’aide de HI 

Avant les bombes, Yasser était un enfant passionné, enthousiaste et extraverti. Son amputation, la destruction de son foyer et la perte brutale de son père l’ont plongé dans un état de dépression. Quand elles le rencontrent au centre de rééducation de Sana’a, les équipes HI mettent en place un protocole de soins en rééducation jusqu’à la pose d’une prothèse. En parallèle, alors qu’il en état de choc et semble avoir perdu tout goût à la vie, il suit une thérapie pour l’aider à surmonter les pertes successives qu’il a subies. 

L’espoir d’une nouvelle vie 

Aujourd’hui, Yasser pleure beaucoup moins. Pouvoir remarcher avec sa prothèse lui a redonné le sourire. Il sort progressivement de son isolement et prend de nouveau soin de lui. Le petit garçon est retourné à l’école. Avec sa prothèse, il joue au football avec ses camarades : c’est un excellent joueur. 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.