Goto main content

« 6 mois après le séisme, nos patients sont pour nous comme une grande famille »

Urgence
Syrie

Salahedin est le directeur de l’hôpital Aqrabat, partenaire de HI dans le Nord-Ouest de la Syrie. Son établissement a reçu plus de 1 500 victimes du tremblement de terre

Salahedin est le directeur de l'hôpital Aqrabat, partenaire de HI dans le Nord-Ouest de la Syrie

Salahedin est le directeur de l'hôpital Aqrabat, l'un des partenaires de HI dans le Nord-Ouest de la Syrie | © HI 2023

Six mois après le tremblement de terre, Salahedin est toujours sur le pont. Et pour cause, à peine une centaine de mètres séparent sa maison de l’établissement de santé qu’il dirige. Il ne compte plus les allers-retours qu’il a faits entre son bureau et son domicile, depuis le séisme qui a frappé le Nord-Ouest de la Syrie en février dernier.


Ce directeur hospitalier est habitué aux situations d’urgence. Originaire d’Alep, il travaillait auparavant dans une structure qui a été visé « des centaines de fois par des bombardements », assure-t-il. Mais selon lui, la violence des tirs armés n’a rien à voir avec celle d’un séisme.


« J’ai failli mourir plusieurs fois, mais je n’ai jamais eu autant peur pour ma vie et celle de mes enfants… Pendant plusieurs minutes je ne savais pas si j’arriverais à les protéger du pire. »


Un flux incessant de blessés


Plus de 1 500 blessés ont été accueillis au sein de son établissement et près de 1 130 personnes y ont été opérées dans les jours, les semaines qui ont suivi le tremblement de terre.


« Quelques heures après les violentes secousses nous avons vu arriver des personnes blessées de villages situés à 10, 15, 20 kilomètres de notre ville. C’était comme si une rivière était sortie de son lit violemment… un flux incessant de patients, des femmes, des hommes, des enfants, trempés par la pluie, parfois gravement blessés. Les civils eux-mêmes nous aidaient à transporter les blessés d’une salle à une autre, d’un étage à l’autre. Je me souviens des mamans qui cherchaient leurs enfants, des orphelins… Les premières 48h mes équipes et moi sommes restés à l’hôpital sans dormir. Nous avons vécu un enfer.»


Certains patients aux traumatismes sévères, notamment ceux présentant un syndrome de l’écrasement après être restés coincés plusieurs heures sous les décombres, ont subi des dizaines d’opérations.


« Nous avons des patients qui sont restés hospitalisés plusieurs mois. À force de les suivre, en soins intensifs, en soutien psychologique puis en réadaptation, nous avons tissé des liens très forts. Six mois après, nous sommes comme une grande famille », confie-t-il.


Chaque visage est gravé dans sa mémoire 


Il raconte par exemple l’histoire de Rema, une jeune fille de 13 ans, amputée après être restée 30 heures sous les décombres et avec qui il a noué une relation toute particulière.


« Rema est arrivée avec la jambe amputée, elle avait passé 30 heures sous les décombres de son immeuble. Très rapidement on m’a informé que son père était décédé dans la catastrophe, mais je ne pouvais pas le lui dire, il fallait qu’elle garde toutes ses forces pour s’en sortir. J’ai commencé à venir lui rendre visite dans sa chambre le deuxième ou troisième jour après son admission. Ma petite sœur avait le même âge qu’elle, c’est peut-être cela qui m’a touché. Chaque jour je suis revenu la voir et je lui ai dit à quel point elle était forte, c’était une héroïne, qu’elle allait s’en sortir. Parfois quand elle ne me voyait pas dans le service elle demandait à mes équipes où j’étais… Ce mois-ci, Rema a réussi ses examens d’entrée au lycée et marche de nouveau sur ses deux jambes grâce à une prothèse que nous lui avons fourni. Je suis si heureux pour elle ».


Rema, Abdul-Rahman, Mariam… Salahedin se souvient de chaque visage, chaque prénom, qu’il a croisé depuis 6 mois ; chacune de leurs histoires est à jamais encrée dans sa mémoire.


« Si nous devons faire face à un autre séisme à l’avenir, je vous assure que nous prêts à 100%, mes équipes et moi. Nous avions l’expérience de la guerre, nous avons désormais l’expérience de ce type de catastrophe naturelle. Nous sommes des soignants, les gens ont besoin de nous, nous devons rester forts et ne pas abandonner, car sans nous, ils perdraient foi en l’avenir ».


Comme l’hôpital Aqrabat, HI soutient 13 hôpitaux dans le Nord-Ouest de la Syrie depuis la catastrophe du 6 février dernier. HI a fourni plus de 300 prothèses et orthèses et 10 500 personnes ont reçu des soins de réadaptation et  plus de 8 000 ont reçu un soutien psychologique.  

 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Lara, une enfant handicapée dans la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

Lara, une enfant handicapée dans la guerre

Lara, âgée de 8 ans, a une paralysie cérébrale. Elle vit l'expérience terrifiante de la guerre.

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.