Goto main content

83 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.

Mines et autres armes
International

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 83 États ont adopté un accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, lors de la conférence de Dublin, le 18 novembre 2022.

Participants à la Conférence de Dublin le 18 novembre 2022

Participants à la Conférence de Dublin le 18 novembre 2022 | © G. Lordet / HI

83 États ont adopté l'accord

Concluant un processus diplomatique de trois ans, les États, les agences des Nations unies, les organisations internationales et régionales et la société civile ont participé à une conférence internationale de haut niveau le 18 novembre à Dublin pour adopter l'accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Il s'agit du tout premier accord international sur l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. 83 États ont approuvé l'accord: Albanie, Allemagne, Andorre, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Bulgarie, Cabo Verde, Cambodge, Canada, Chili, Colombie, Comores, Costa Rica, Côte d'Ivoire, Croatie, Chypre, Danemark, Equateur, El Salvador, Finlande, France, Géorgie, Grèce, Guatemala, Guyane, Hongrie, Indonésie, Irlande, Islande, Italie, Japon, Kenya, Kiribati, Koweït, Laos, République centrafricaine, République dominicaine, République tchèque, Lichtenstein, Luxembourg, Madagascar, Malawi, Malaisie, Maldives, Malte, Maroc, Mexique, Moldavie, Monaco, Norvège, Nouvelle-Zélande, Palau, Palestine, Pays-Bas, Pérou, Philippines, Portugal, République de Corée, Roumanie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Sierra Leone, Saint-Kitts-et-Nevis, Slovaquie, Slovénie, Somalie, Espagne, Suède, Suisse, Togo, Turquie, Royaume-Uni, Uruguay.

Avant la conférence, lors du forum de la société civile du 17 novembre, HI et la société civile ont récompensé l'ambassadeur irlandais auprès des Nations Unies, Michael Gaffey, en lui remettant la médaille HI pour la protection des civils : Michael Gaffey a mené le processus diplomatique de trois ans, apportant une contribution cruciale à la protection des civils dans les conflits armés.

Un changement historique

L'accord engage les États à imposer des limites à l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées afin de prévenir les dommages aux civils. Il engage également les États à aider les victimes et à faire face aux conséquences à long terme des dommages et de la destruction des infrastructures civiles.

« Le fait que ce nouvel accord international sur les bombardements urbains soit adopté par 83 États - y compris des États ayant une présence militaire importante dans le monde, comme les États-Unis - est porteur d'espoir pour l'avenir. C'est une reconnaissance du fait que le lourd tribut que les bombardements et les tirs d'obus continuent de faire payer aux civils dans les villes et les villages est inacceptable. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements. Plus de 290 000 civils ont été tués ou blessés par les bombardements de villes et autres zones peuplées au cours des 12 dernières années. Les zones peuplées ont été systématiquement et largement bombardées et pilonnées en Ukraine, en Syrie, au Yémen, en Palestine, en Éthiopie... Cela doit cesser." » - Anne Héry, directrice du plaidoyer chez HI

Les conflits actuels se déroulent de plus en plus dans des environnements urbains. En conséquence, 90 % des victimes sont des civils. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les civils représentaient 50% des victimes de guerre et, il y a un siècle, seulement 15%.

La Conférence de Dublin est un succès. HI tient à remercier chaleureusement l'Irlande pour avoir mené les négociations diplomatiques et organisé cette conférence d'approbation.

 

Mise en œuvre de l’accord

Une fois l'accord signé, les États devront s'employer à le mettre en œuvre sans tarder, en élaborant des politiques au niveau national qui modifieront les pratiques sur le terrain.

HI et ses partenaires du Réseau International sur les Armes Explosives (INEW) suivront activement ce processus. Avec l'Explosive Weapons Monitor co-créé par HI en 2022, nous surveillerons le bilan humanitaire de l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées et les politiques et pratiques militaires pour assurer une meilleure protection des civils contre les armes explosives. Notre objectif est de faire en sorte que cet accord international apporte de réels changements pour les personnes touchées par la guerre et améliore le soutien aux victimes. 

 

Une victoire pour la société civile

La Conférence de Dublin est un moment historique pour la société civile. Il y a 25 ans, avec l'adoption du Traité d'Ottawa (1997), HI et la Campagne internationale pour l'interdiction des mines antipersonnel (ICBL) ont obtenu l'interdiction des mines antipersonnel. Il y a 14 ans, avec l'adoption du traité d'Oslo (2008), notre organisation et la Coalition contre les armes à sous-munitions (CMC) sont parvenues à conclure une convention visant à interdire les armes à sous-munitions.

Aujourd'hui, avec le Réseau international sur les armes explosives (INEW) - une coalition cofondée par HI, l'association a écrit l'histoire en apportant des améliorations significatives à la protection des civils dans les conflits armés. Le combat de HI reste constant : protéger les civils dans les conflits armés.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.

 

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante
© T. Nicholson / HI
Mines et autres armes Urgence

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante

Depuis le 10 mai dernier, la Russie mène une nouvelle offensive dans la région. Avec la détérioration de la situation sécuritaire, les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter.