Goto main content

Aide financière par HI : le nécessaire complément humanitaire

Santé Urgence
International

Humanité & Inclusion (HI) développe des aides financières comme modalité d’aide humanitaire. La catastrophe sociale entrainée par la crise de la COVID-19 rend cette nouvelle forme de soutien vitale dans les pays fragiles.

Camp de réfugiés vénézuéliens en Colombie. 200 familles ont bénéficié d’un transfert d’argent de la part de HI

Camp de réfugiés vénézuéliens en Colombie. 200 familles ont bénéficié d’un transfert d’argent de la part de HI. | © Coalición LACRMD

Donner directement du cash aux personnes ayant besoin d’une aide humanitaire ? Un moyen rapide et ciblé de répondre à besoins fondamentaux des personnes vulnérables.

Qui bénéficie d’un transfert d’argent ?

Cette aide est destinée à des personnes dans des situations humanitaires graves et d’urgence : une famille réfugiée, une famille plongée dans l’extrême pauvreté ou touchée par les conséquences d’une catastrophe naturelle, d’une crise alimentaire... Souvent, ces familles bénéficient déjà d’une aide humanitaire de la part de HI ou de celle de ses partenaires (fourniture d’un abri temporaire, de kits alimentaires, accès à des soins médicaux…). Nous appliquons des critères de sélection, dits « critères de vulnérabilité » : l’âge (une personne âgée, isolée, par exemple), le sexe (une femme seule avec enfants), l’existence d’un handicap, etc. Ils nous permettent de déterminer des personnes prioritaires.

Comment se passe le transfert d’argent ?

Le transfert se fait souvent avec une société de services comme Western Union. HI informe les personnes par téléphone qu’elles peuvent retirer un montant alloué à un guichet spécialisé en présentant une pièce d’identité. Il peut s’agir d’un versement unique ou en plusieurs fois, cela dépend de la gravité de la situation du foyer. Les montants varient selon le coût de la vie des pays et le nombre de personnes dans un foyer : 20 euros à Madagascar contre 70 euros en Colombie, par exemple, pour une personne. Nous avons accès à une interface informatique qui nous permet de suivre les retraits  et nous sommes en contact constant avec les bénéficiaires pour pallier à toute difficulté.

Pourquoi du transfert d’argent ?

Un transfert d’argent vient le plus souvent en complément d’une aide déjà octroyée. Les aides financières permettent de couvrir des besoins qui ne sont généralement pas couverts par l’aide humanitaire, comme le paiement d’un loyer : une ONG délivre un abri temporaire, par exemple, mais contribue rarement au paiement d’un loyer. Or des réfugiés vivent parfois dans un pays d’accueil en louant une habitation sur place, c’est le cas au Liban où beaucoup de réfugiés syriens louent des maisons. Le transfert vient subvenir à des besoins indispensables mais non encore couverts comme l’achat de nourriture ou de médicaments pour de graves problèmes de santé, comme des maladies chroniques, pour des personnes qui n’ont pas de couverture santé ou qui n’ont pas accès aux services de santé publics gratuits pour des raisons de statut (personne qui n’aurait pas encore son statut de réfugié, par exemple) dans certains pays, par exemple).  

Sait-on comment est utilisé cet argent ?

Nous menons toujours des évaluations sur des échantillons de personnes : les premiers postes de dépense sont toujours la nourriture, le logement et les médicaments, tous des besoins vitaux. 

Avec ce dispositif, HI soutient l’économie locale fragilisée.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques Mines et autres armes

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques

L'Observatoire des mines 2022 fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines – dont les mines improvisées et les restes explosifs de guerre - pour la septième année consécutive. L'Observatoire a enregistré 5 544 victimes en 2021. 75 % d'entre elles étaient des civils.Ce chiffre élevé est principalement le résultat de l'augmentation des conflits armés et de la contamination par les mines improvisées depuis 2015. L'utilisation de mines par les armées de la Russie et du Myanmar, ainsi que par des groupes armés non étatiques dans cinq pays, sont les principaux facteurs d'une forte augmentation mondiale de l'utilisation de ces armes en 2022.

Les États se réuniront à Genève du 21 au 25 novembre pour la 20e conférence annuelle du Traité d'Ottawa qui interdit les mines. Alors que nous célébrons les 25 ans de ce traité, HI exhorte les États à faire pression sur les parties au conflit pour qu'elles mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares et à soutenir le financement de l'aide aux victimes qui se réduit malgré des besoins croissants et un nombre élevé de victimes ces dernières années.

Lire le rapport au complet en anglais.

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 80 États ont adopté un accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, lors de la conférence de Dublin, le 18 novembre 2022.

« Les inondations ont détruit tous nos biens ».
© HI
Urgence

« Les inondations ont détruit tous nos biens ».

Suite aux inondations au Pakistan, HI fournit 2000 kits de fournitures d'urgence aux familles les plus vulnérables.