Goto main content

Bombardements en zones peuplées, un désastre pour les civils

Mines et autres armes
International

Le Conseil de sécurité des Nations unies discute cette semaine de la protection des civils dans les conflits armés. Une délégation de HI est au siège des Nations unies pour convaincre les États de s'engager contre les bombardements en zones peuplées. A la tête de cette délégation, Alma Al Osta, responsable plaidoyer armes, explique les actions de HI :

Les 5 et 6 décembre 2018, HI a co-organisé une conférence régionale à Santiago, capitale du Chili, sur la protection des civils contre les bombardements en zones peuplées.

Les 5 et 6 décembre 2018, HI a co-organisé une conférence régionale à Santiago, capitale du Chili, sur la protection des civils contre les bombardements en zones peuplées. | © HI

HI dialogue avec les États 

La délégation de HI au siège de l'ONU prévoit une vingtaine de réunions avec des délégations d’État pour les convaincre de s'engager contre les bombardements en zones peuplées. Il y a quelques jours, nous leur avons adressé un courrier pour les inciter à reconnaître que les bombardements en zones peuplées étaient un problème majeur pour la protection des civils dans les conflits armés lorsqu'ils prendront la parole lors du débat du Conseil de sécurité.

Nous leur demandons également de soutenir le processus politique engagé par l'Autriche, l'Irlande et plusieurs États en faveur d'une déclaration politique internationale contre les armes explosives en zones peuplées. HI travaille depuis plusieurs années avec les États et d'autres ONG à une telle déclaration politique.

HI témoigne des souffrances des civils 

Lors d'une conférence en marge du débat du Conseil de sécurité le 23 mai, nous rendrons compte de ce que nous observons sur le terrain, les souffrances des civils causées par les bombardements en zones urbaines : blessures invalidantes, traumatisme psychologique, destruction des infrastructures civiles vitales, y compris les hôpitaux et les écoles, déplacements de population, contamination par les restes explosifs...

Les bombardements en zones peuplées ont des conséquences désastreuses et à long terme pour les civils, comme on le voit actuellement en Syrie, en Libye, au Yémen, etc. 

Bombardements en zones peuplées : 92 % des victimes sont des civils

Les bombardements en zones peuplées sont devenus une pratique presque courante dans les conflits armés. Les civils sont les principales victimes. Selon Action on Armed Violence armée (AOAV), plus de 42 000 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives - bombes, mortiers, roquettes, etc. - en 2017. Lorsque des armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, 92 % des victimes sont des civils. 

Qu'est-ce que la protection des civils ? 

Pendant un conflit armé, ceux qui ne participent pas aux combats ne doivent pas être attaqués. Ils doivent être épargnés et protégés. La notion de « protection des civils » englobe les règles du droit international humanitaire pour protéger tous ceux - hommes, femmes, enfants - qui ne participent pas aux hostilités. 

Il y a 20 ans, première résolution de l'ONU sur la protection des civils

Il y a vingt ans, en 1999, le Conseil de sécurité des Nations unies a constaté que les civils étaient devenus les principales victimes des conflits armés et a adopté sa première résolution sur la protection des civils (Résolution 1265) : « Les civils constituent la grande majorité des victimes des conflits armés et (...) les combattants et autres éléments armés les prennent de plus en plus pour cible ». La même année, le Conseil de sécurité a décidé de la première mission de maintien de la paix consacrée à la protection des civils (Sierra Leone).

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.

 

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante
© T. Nicholson / HI
Mines et autres armes Urgence

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante

Depuis le 10 mai dernier, la Russie mène une nouvelle offensive dans la région. Avec la détérioration de la situation sécuritaire, les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter.