Goto main content

« Ces personnes sont devenues des réfugiées du jour au lendemain »

Urgence
Ukraine

Entretien avec Caglar Tahiroglu, responsable du soutien psychosocial et de santé mentale d’urgence chez HI

UKRAINE : Portrait de Caglar Tahiroglu

UKRAINE : Portrait de Caglar Tahiroglu | © HI

Comment décririez-vous la situation en Ukraine ?


« Je suis actuellement à Tchernivtsi, où nous travaillons notamment avec les centres collectifs d’hébergement des personnes déplacées à l'intérieur du pays.
Il y a d’énormes disparités entre les différents centres collectifs. Certains sont bien équipés, mais certains n'ont même pas d'eau chaude. Certains centres manquent de nourriture, des produits de base et d’articles d'hygiène.  Ukraine : lavabos du Centre collectif du jardin d'enfants

L’un des centres collectifs est situé dans une école maternelle, donc toutes les personnes déplacées dorment dans des couchettes conçues pour des enfants de moins de 6 ans. Les éviers sont tout petits et difficiles d'accès pour certaines personnes. Ils n’ont pas assez de douches. Il leur reste une semaine de nourriture et ils comptent uniquement sur des bénévoles. Ils ont besoin de literie pour adultes, d'appareils fonctionnels pour les personnes âgées, et de soutien psychosocial et de santé mentale.

UKRAINE : Centre collectif de l'école maternelle de Chernivtsi

Une autre structure que nous soutenons, pour les enfants déplacés et non accompagnés atteints d’handicaps intellectuels profondes, accueillait une dizaine d’enfants avant le conflit, contre 55 aujourd’hui. Les besoins et les droits des enfants ne sont pas satisfaits, le personnel est vraiment surmené et la charge de travail est énorme. Les besoins sont gigantesques dans ces centres.

J'ai récemment parlé à des personnes déplacées dans un foyer gériatrique, la plupart originaires de la région de Donetsk et de Kiev. Elles se sont réveillées une nuit et le bâtiment tremblait. Sur le coup, elles ne savaient pas quoi faire. Les fenêtres tremblaient et il y avait des bruits étranges venant des tanks à l'extérieur. Elles se sont vues propulsées dans une étrange réalité, où leurs vies étaient envahies et où elles voyaient des attaques de roquettes à l'extérieur. Les maisons de certaines personnes ont été détruites. Les personnes sans voiture ont eu des difficultés à évacuer et certaines personnes ont été laissées pour compte, probablement des personnes à mobilité réduite. Parfois il n'y avait pas de connexion Internet ou de téléphone, il était donc difficile d'obtenir des nouvelles de leurs proches.


Ici, à Tchernivtsi, il n'y avait qu'une ou deux alertes par semaine, et maintenant nous commençons à en avoir tous les jours. La semaine dernière, nous avons eu quatre nuits de sommeil interrompu. Les alarmes ont sonné de 3h30 à 7h du matin. Les gens sont très fatigués. Je me souviens de la première alarme que j'ai entendue. C'était très, très stressant. Cela ressemble à ce que vous entendez des films. Le genre d'alarme pour les attaques nucléaires. Les gens s’y habituent au fil du temps, mais elles résonnent dans toute la ville en permanence et donc les gens n’ont nulle part où se mettre à l’abri psychologiquement.


Ces personnes, qui menaient une vie stable, sont devenues des réfugiés du jour au lendemain. Nous parlons de plus de 10 millions de personnes déplacées. C’est une tragédie humaine. »

 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Désormais, tout peut être miné, même un oreiller ! »
© O.Marikutsa / HI
Mines et autres armes Prévention

« Désormais, tout peut être miné, même un oreiller ! »

Svitlana a participé à une session de sensibilisation aux risques liés aux engins explosifs et aux bombardements organisée par HI. Elle témoigne.

« Si j’étais resté dans mon abri, je serais mort aujourd’hui »
© HI
Urgence

« Si j’étais resté dans mon abri, je serais mort aujourd’hui »

Le cyclone Mocha a frappé le Bangladesh et la Birmanie ce dimanche 14 mai. Nos équipes évaluent actuellement l’étendue des dégâts et les besoins dans les camps de réfugiés de Cox’s Bazar.

Le cyclone Mocha pourrait toucher le plus grand camp de refugiés au Bangladesh
© Cyclocane.com
Urgence

Le cyclone Mocha pourrait toucher le plus grand camp de refugiés au Bangladesh

Mocha devrait frapper le Bangladesh et le Myanmar le dimanche 14 mai. Les inquiétudes sont très fortes concernant les camps de réfugiés de Cox's Bazar, où vivent un million de Rohingyas.