Goto main content

Gaza : des besoins humanitaires croissants

Urgence
Territoires Palestiniens Occupés

Les attaques du Hamas et les représailles d'Israël ont un impact dévastateur sur les civils. 1 400 personnes ont perdu la vie en Israël et plus de 3 000 à Gaza.

Une volontaire de HI dans un entrepôt dans la bande Gaza, Octobre 2023

Une volontaire de HI dans un entrepôt dans la bande Gaza, Octobre 2023 | © HI

HI, présente en Palestine depuis 1996, répond à l'urgence. L’association a commencé à distribuer des biens de première nécessité aux familles déplacées par la violence et est prête à fournir des soins en réadaptation et un soutien psychologique.

Soutien en santé mentale

Les équipes et les bénévoles de HI évaluent actuellement les besoins dans les abris où les personnes déplacées sont regroupées. Nous espérons bientôt lancer des séances d’aide psychologique d’urgence.

Les gens sont maintenant en "mode de survie". Les séances d’aide psychologique d’urgence sont des conversations individuelles visant à stabiliser et à calmer une personne dans la détresse. Cela se fait principalement par une écoute très active, en lui donnant l'espace, la sécurité et le temps de parler de ce qu’elle veut, et en l’aidant à se sentir à nouveau maître de la situation. Ses inquiétudes sont reconnues et son sentiment de détresse et d'anxiété est validé.

Dès que les conditions de sécurité le permettent, nos équipes organiseront également des activités récréatives pour les enfants et leurs aidants. Ces activités, principalement des jeux, sont importantes pour rétablir un sentiment de normalité et apaiser leur anxiété.

Distribution d’aide humanitaire

L'équipe et les bénévoles de HI évaluent les besoins dans 33 abris et ont commencé à fournir des équipements d’aide à la mobilité - comme des béquilles et des fauteuils roulants, etc. - des articles d'hygiène, d’hygiène intime et des trousses de premiers secours.

« Plus d'un million de personnes déplacées dans la bande de Gaza se trouvent dans une situation désespérée, sans nourriture, sans eau, sans électricité et sans carburant. HI et ses partenaires s'appuient sur ses 300 volontaires formés pour intervenir en première ligne. Depuis le début des hostilités, certains d’entre eux ont rejoint des abris collectifs : ils ont commencé à identifier les besoins des personnes handicapées, blessées ou traumatisées, des femmes et des enfants. Ils fournissent des kits d'hygiène, d’hygiène intime et de premiers soins aux Palestiniens qui ont fui leurs maisons bombardées. »

Noor Bimbashi, Chargée du plaidoyer pour HI en Palestine

Messages de prévention

Nous avons envoyé un message de prévention à la population par SMS : « Abritez-vous loin de la rue et des fenêtres. Gardez un sac d'urgence à portée de main. Utilisez les escaliers pour évacuer. »

Nous avons atteint 500 000 personnes avec ce message, et le Service pour l’action contre les mines des Nations unies (UNMAS) l'a transmis à un million de personnes supplémentaires.

Ensemble, nous avons couvert les zones les plus sévèrement touchées de la bande de Gaza, des régions du nord jusqu'au sud.

Le danger de la contamination

Nous cherchons à lancer des sessions de sensibilisation rapide sur les risques liés aux restes explosifs et sur la préparation et la protection en cas de conflit. Les restes d'explosifs et les bombes non explosées présents dans les décombres constituent une menace sérieuse pour la population.

Les personnes qui ramassent des objets ou cherchent des survivants peuvent tomber par inadvertance sur un engin explosif. Des messages simples et pratiques de sensibilisation aux risques informeront les gens des bonnes actions à entreprendre et du comportement à adopter dans de telles situations.

Réadaptation pour les blessés

Dès qu’un cessez-le-feu sera en place, HI commencera à fournir des services de réadaptation d'urgence et du soutien psychosocial aux personnes blessées et traumatisées par les violences.

L'équipe de HI en Cisjordanie rendra également visite aux patients palestiniens et à leurs familles qui ont quitté la bande de Gaza avant le début des hostilités pour recevoir un traitement médical à Ramallah. HI prévoit d'y apporter un soutien psychosocial à quelque 35 femmes et 10 enfants.

La sécurité de nos équipes

HI veille au bien-être de son personnel à Gaza. Tous nos employés vont bien, certains ont dû fuir dans le sud de Gaza. Dans certains cas, leurs maisons ont été endommagées ou détruites. Nous sommes prêts à leur fournir un soutien psychologique.
HI recharge les téléphones de l'équipe à Gaza, de nos partenaires et de nos bénévoles afin de rester en contact et de poursuivre nos opérations.

La rue dans laquelle se trouvent le bureau et la maison d’hôtes de HI a subi quelques dégâts.

About HI in Palestine

HI a lancé son premier projet en Palestine en 1996. Depuis 27 ans, nos équipes répondent aux besoins de la communauté palestinienne - en Cisjordanie et à Gaza - dans plusieurs secteurs. HI Palestine mène des projets de préparation aux catastrophes et de réduction des risques, de réadaptation physique et fonctionnelle, d'inclusion économique et de relance économique, et d'éducation inclusive.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Lara, une enfant handicapée dans la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

Lara, une enfant handicapée dans la guerre

Lara, âgée de 8 ans, a une paralysie cérébrale. Elle vit l'expérience terrifiante de la guerre.

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.