Goto main content

HI déploie son intervention d'urgence

Urgence
Ukraine

Après plus de trois semaines d’intense conflit armé en Ukraine, les populations les plus touchées n’ont toujours pas accès à l’aide humanitaire. HI met en place son intervention.

Galaina, 87 ans, est assistée à la frontière polonaise alors qu'elle fuit le conflit en Ukraine

Galaina, 87 ans, est assistée à la frontière polonaise alors qu'elle fuit le conflit en Ukraine | © T.Nicholson

Depuis le 1er mars, alors que le conflit armé fait rage, les experts de HI évaluent les besoins des populations en Ukraine, en Moldavie et en Roumanie. Ces évaluations touchent à leur fin et témoignent de besoins humanitaires dans plusieurs secteurs. L’organisation commence maintenant le déploiement de ses premières équipes opérationnelles pour pouvoir y répondre.

« Aujourd’hui, la priorité va au soin des personnes blessées pendant le conflit. Il faut également proposer un soutien en santé mentale aux personnes sinistrées et distribuer des aides financières aux populations », explique Virginie Duclos, responsable de réadaptation d’urgence de HI, actuellement en Ukraine.

L’aide humanitaire ne parvient pas jusqu’aux personnes blessées

En Ukraine, les bombardements en zones peuplées et les pilonnages incessants ont fait au moins 1 900 victimes civiles, dont 726 sont mortes. Ces chiffres officiels ne reflètent probablement pas le nombre de victimes réelles, car de nombreux rapports n’ont pas encore été confirmés. La ville de Marioupol à elle seule a récemment fait état près de 2 500 civils morts. Ces chiffres augmenteront probablement encore, à mesure que le conflit se prolonge.  

« Nous savons quels sont les besoins les plus urgents, mais le problème, c’est l’accès aux populations », déplore Virginie. « Il y a des personnes blessées à Kiev, Marioupol et Kharkiv, et nous pouvons anticiper leurs besoins. Cependant, ces villes sont encore violemment assiégées et ce qui rend leur accès très difficile. »

A Marioupol, à l’est de l’Ukraine, les autorités annoncent que de 350 000 à 400 000 personnes sont prises au piège d’une ville constamment bombardée. Elles n’ont pas accès à l’eau, la nourriture ou aux soins médicaux, en quantités suffisantes. L’absence préoccupante d’accès sécurisé empêche les familles d’évacuer la ville. C’est pour la même raison que les organisations font face à des difficultés croissantes pour faire parvenir l’aide humanitaire, pourtant essentielle, dans cette zone.

« Notre objectif est d'être présents partout où il y a des besoins », indique Virginie. « A l'ouest, nous pouvons mettre l'accent sur les populations déplacées, qui ont elles aussi besoin d'aide humanitaire. A Dnipro, nous sommes en contact avec un hôpital dans lequel sont transférés les personnes blessées en provenance des villes assiégées. Nous resterons flexibles et prêts à bouger, pour pouvoir réagir si besoin. »

5 millions de personnes déplacées

A ce jour, près de 5 millions de personnes ont été déplacées par le conflit. Ce chiffre comprend les plus de 3 millions de personnes qui ont fui l’Ukraine pour rejoindre des pays voisins, ainsi que les près de 2 millions de déplacés internes. HI est présente aux côtés des personnes qui ont traversé la frontière pour rejoindre la Moldavie, où l’on recense déjà plus de 300 000 réfugiés. HI a identifié le soutien psychosocial comme l’une des réponses à apporter en priorité à ces populations.

« Les évaluations sont encore en cours mais la situation est telle que l’on pourrait l’imaginer », explique Virginie :  « Ces personnes ont quitté leur maison et elles ne savent pas quand, ou si, elles pourront rentrer chez elles. Beaucoup ont dû partir sans leur mari, leur père ou leur frère. Il y a donc un vrai besoin de soutien psychosocial. »

Les conditions de vie et les ressources disponibles varient radicalement d’un hébergement à l’autre. Certaines familles ont dû évacuer en n’emportant que très peu, voire aucune de leurs affaires. D’autres ont pu emporter quelques biens. Cependant, comme tous les réfugiés en situation de crise, elles ont besoin d’argent liquide.

« Ces personnes ont besoin d’un soutien », explique Virginie. « L’argent permet beaucoup de flexibilité. Il peut être utilisé pour répondre à des besoins immédiats : qu’il s’agisse de payer un logement temporaire, d’acheter de la nourriture ou de se procurer un téléphone qui fonctionne une fois qu’on a passé la frontière. Apporter un soutien financier sera l’un des leviers les plus importants pour soutenir les réfugiés dans la situation actuelle. »

La réponse de HI

HI déploie actuellement ses équipes opérationnelles et prépare les premières étapes de son aide d’urgence. Des équipes, composées d’experts en réadaptation, en logistique, en santé mentale, en soutien psychosocial, en besoins fondamentaux et en contexte d’urgence, sont en train de s’organiser pour intervenir aux frontières de la Moldavie et dans plusieurs régions de l’Ukraine.  

HI va très vite déployer des services de réadaptation, de soutien psychosocial et de distribution de soutien financier, entre autres activités. De plus, l’organisation va bientôt fournir des aides à la mobilité, telles que des fauteuils roulants, des béquilles et des déambulateurs, aux personnes âgées et handicapées. Par ailleurs, HI œuvre aux côtés d’autres acteurs pour mettre en place des actions d’aide humanitaire inclusives face à l’urgence, et s’assurer ainsi que les populations les plus vulnérables aient accès à l’aide dont elles ont besoin.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.

 

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante
© T. Nicholson / HI
Mines et autres armes Urgence

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante

Depuis le 10 mai dernier, la Russie mène une nouvelle offensive dans la région. Avec la détérioration de la situation sécuritaire, les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter.