Goto main content

HI forme des professionnels de santé en kinésithérapie spécialisée

Urgence
Ukraine

HI organise des formations en kinésithérapie spécialisée dans la prise en charge de patients brûlés, pour accompagner le personnel hospitalier ukrainien.

Les équipes de HI se rendent dans un foyer d’accueil pour enfants polyhandicapés à Tchernivtsi, Ukraine.

Les équipes de HI se rendent dans un foyer d’accueil pour enfants polyhandicapés à Tchernivtsi, Ukraine. | © HI

Prise en charge des patients brûlés

Afin de soutenir les hôpitaux ukrainiens, HI organise des formations en kinésithérapie spécialisée dans le traitement des brûlures. Ces formations permettent d’accompagner les professionnels de santé dans la prise en charge de ce type de blessure, qui requiert des connaissances et des compétences particulières.

HI a déjà organisé des formations à distance avec 3 hôpitaux de Lviv. Les formations sont suivies par des équipes de réadaptation ou des étudiants en kinésithérapie, venus aider à la prise en charge des blessés.

« Nous recevons beaucoup de requêtes pour ce genre de formations, » précise Virginie Duclos, responsable de réadaptation d’urgence de HI et spécialisée en brûlures, actuellement en Ukraine. « Certains patients sont admis dans les hôpitaux pour des brûlures et cela exige des compétences spécifiques. Lorsque nous ne pouvons pas nous rendre sur place, nous organisons des formations en ligne – nous essayons de nous adapter à la situation et de répondre à leurs besoins. »

Réponse aux besoins des personnes vulnérables

A Tchernivtsi et dans ses alentours, HI a déjà identifié une vingtaine d’institutions accueillant des personnes déplacées ou vulnérables qui ont des besoins spécifiques, en santé mentale ou en réadaptation par exemple. Parmi ces institutions, figure notamment un foyer qui accueille des enfants polyhandicapés.

« Ces enfants ont fait 24h de voyage en bus pour rejoindre Tchernivtsi. Ils sont arrivés dans une région qu’ils ne connaissent pas, loin de leur famille et sans dossier médical. Le foyer, qui jusqu’à présent accueillait 10 enfants, en héberge aujourd’hui plus de 50. Les moyens humains et financiers, eux, n’ont pas été démultipliés. Les équipes font vraiment ce qu’elles peuvent mais elles sont débordées, » explique Virginie.

Dans les prochains jours, HI prévoit notamment d’aider le foyer à recruter de nouveaux personnels afin de proposer aux enfants et aux équipes un support psychosocial et des activités de réadaptation, ainsi qu’à se procurer des produits de première nécessité, comme des produits d’hygiène.

Soutien humanitaire indispensable

Près de 12 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire en Ukraine. Les équipes de HI restent donc mobilisées pour identifier les besoins prioritaires et mettre en œuvre des interventions d’urgence. L’organisation prévoit entre autres des activités de réadaptation physique, des distributions de produits d’hygiène et de biens de première nécessité. Des aides financières sont également envisagées pour aider les personnes déplacées à se reloger et à se nourrir. HI va aussi mobiliser des spécialistes en santé mentale et en soutien psychosocial.  

« Nous voyons au quotidien qu’il y a de grands besoins en santé mentale et en soutien psychosocial, en Ukraine. Ici, tout le monde vit des événements très impressionnants et la plupart des personnes que nous croisons ont subi une forme de traumatisme. Elles sont nombreuses à avoir besoin d’un soutien spécifique, » témoigne Virginie.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine: Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées
© M.Monier / HI
Mines et autres armes

Ukraine: Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins plus de 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.  

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.