Goto main content

HI vient en aide aux blessés

Urgence
Liban

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nour Khalaf, 33 ans, souffre d'une douleur chronique au bas du dos, aggravée lorsqu’elle est tombée lors de la deuxième explosion.

Nour Khalaf, 33 ans, souffre d'une douleur chronique au bas du dos, qui s'est aggravée après sa chute lors de la deuxième explosion

Nour Khalaf, 33 ans, souffre d'une douleur chronique au bas du dos, qui s'est aggravée après sa chute lors de la deuxième explosion | ©Tom Nicholson / HI

Les volontaires de Humanité & Inclusion (HI) sillonnent les quartiers de Quarantaine ou Basta pour identifier des personnes blessées et qui ont besoin d’aide pour surmonter cette terrible épreuve.

Nour Khalaf habite dans un quartier proche du port de Beyrouth avec sa famille. Elle travaillait chez elle lorsque s’est produite la première explosion. De peur, elle s’est précipitée dans une autre pièce pour s’assurer que son fils aillait bien. Malheureusement, quelques instants plus tard, une deuxième explosion a retenti et des objets lui sont tombés dessus.

Assistance HI

Les équipes de HI l’ont rencontré pour comprendre ce qu’il lui est arrivé et lui apporter une première aide matérielle et psychologique pour l’aider à surmonter ce drame.

Après sa chute, elle a ressenti de fortes douleurs dans tout le corps mais surtout au niveau du dos. Elle souffrait déjà de douleurs chroniques qui la gênaient dans ces activités quotidiennes et qui l’empêchait de bien dormir.

Surmonter la douleur physique et morale

L'équipe de kinésithérapie de HI a procédé à une évaluation de son état de santé et lui a fourni une ceinture lombaire. Elle a également reçu un programme d'exercices à faire chez elle afin de réduire sa douleur et d'améliorer sa qualité de vie. HI lui a également donné des conseils pour améliorer sa position lorsqu’elle se tient debout.


« Je suis heureuse que HI vienne m’aider pour surmonter ma peine physique et morale »,

commente la jeune femme.

HI au Liban

HI est présente au Liban depuis 1992 et apporte une assistance aux populations les plus vulnérables et handicapées afin de les inclure dans la vie communautaire. L’association mène également des projets de déminage dans le Nord du pays pour protéger les populations d’engins explosifs laissés par la guerre civile qui a duré plus de 15 ans et s’est achevé en 1990.

 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.