Goto main content

“Je ne me sens plus coupable”

Inclusion
Territoires Palestiniens Occupés

À Gaza (Territoires palestiniens), HI a lancé un projet d’éducation inclusive en partenariat avec une école locale, pour permettre aux enfants handicapés d’aller à l’école. Parmi eux, Mahmoud, atteint de paralysie cérébrale. 

Suha, et son fils Mahmoud, devant l’école soutenue par HI

Suha, et son fils Mahmoud, devant l’école soutenue par HI | ©Oriane van den Broeck / HI

À Gaza, HI met en place un projet d’éducation inclusive dans une école spécialisée. En plus de méthodes d’enseignement adaptées aux enfants handicapés, leur santé mentale et celle de leur famille sont les piliers majeurs du projet. 

Soutenir les parents 

Suha témoigne de la situation de son fils, Mahmoud : « Auparavant, Mahmoud était inscrit dans une autre école spécialisée. Nous ne recevions aucun soutien en tant que parents. »

Aujourd’hui, cette mère bénéficie de l’aide de la psychologue scolaire et participe à un groupe de soutien qui rassemble d’autres parents d’élèves handicapés.

Ce groupe a permis à Suha de dépasser son sentiment de culpabilité : « C’était extrêmement difficile pour moi, car dans mon quartier, les gens et ma famille me tenaient responsable de ce qui était arrivé à Mahmoud. Grâce au groupe de soutien, je suis devenue plus forte. Je peux aujourd’hui parler de mon fils sans fondre en larmes. Je n’ai plus honte ». 

Devenir plus autonome

Des séances de sensibilisation pour les parents ont lieu chaque semaine. Suha y a découvert comment favoriser l’autonomie de son fils : « J’ai adapté ma façon de fonctionner avec lui. Mahmoud était très dépendant et j’ai appris à le soutenir de manière à ce qu’il fasse plus de choses tout seul. Par exemple, auparavant s’il avait faim, je lui préparais tout de suite de quoi manger.

Aujourd’hui, nous cuisinons ensemble à la maison. Ces changements dans notre quotidien aident à la fois Mahmoud et le reste de la famille ». 

Progresser à l’école et à la maison

Chaque enfant bénéficie d’un suivi personnalisé de la part de la psychologue de l’école. Le  comportement de Mahmoud a changé du tout au tout. Il se mêle aux autres enfants ; il est devenu un petit garçon très sociable. Ses progrès se voient également en classe :

« Mahmoud est plus à l’aise et par conséquent, il apprend de plus en plus. Il est maintenant capable de lire et d’écrire »

conclut Suha. 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Devenir actrice du changement de regard sur le handicap
© Mangafeo / HI
Inclusion

Devenir actrice du changement de regard sur le handicap

Norcia a la chance de s’épanouir à l’école grâce à l’éducation inclusive. À 17 ans, elle est devenue ambassadrice pour HI, et contribue à la promotion de l’inclusion à Madagascar.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.