Accès direct au contenu

Les députés en Europe contre les bombardements des civils

Mines et autres armes
International

Plus de 170 membres de 4 parlements nationaux appellent les gouvernements à s'engager fermement et concrètement contre les bombardements en zones peuplées.

© HI

Cet appel fait suite à une conférence en ligne organisée par HI le 27 mai, qui a accueilli 80 participants pour mobiliser les États contre les bombardements des civils.

39 députés d'Allemagne, d'Autriche, de Belgique, de France et du Royaume-Uni parmi un total de 80 participants étaient présents à la conférence interparlementaire, organisée jeudi 27 mai par HI. Les députés cherchent à mobiliser le soutien de leurs États en faveur d'un accord international ambitieux pour lutter contre les dommages causés par l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.
 

Appel conjoint des parlementaires

A la fin de la conférence, 172 parlementaires (Allemagne, Belgique, France et Luxembourg) ont signé un appel conjoint, appelant leur gouvernement à « soutenir l'élaboration d'une déclaration politique internationale visant à renforcer la protection des civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, et à renforcer l'assistance aux victimes de ces pratiques. » L’appel est toujours ouvert à signature.

Alma Taslidžan Al-Osta, responsable du plaidoyer désarmement chez HI : « 80 personnes ont assisté à la conférence aujourd'hui. Et plus de 170 parlementaires ont signé la déclaration conjointe appelant leurs gouvernements à s'engager dans le processus diplomatique actuel pour négocier une déclaration politique forte contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Nous nous réjouissons de l'engagement de tant de députés. Les gouvernements européens ne doivent pas fuir leurs responsabilités : dans les conflits armés, 9 victimes sur 10 des armes explosives en zone urbaine sont des civils. C'est inacceptable. Les États ont une occasion historique de changer les choses. »

 

Dernière étape d'un processus diplomatique

Le projet d'accord international contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées en est à sa phase finale de négociation entre les États, les agences des Nations unies, les organisations internationales et la société civile. Un dernier cycle de négociations aura lieu à l'automne prochain. Ensuite, l'accord international doit être adopté par les Etats d'ici la fin de l'année 2021.

Ce processus diplomatique a débuté en octobre 2019 impliquant, jusqu'à présent, plus de 70 États.

Le Secrétaire général des Nations unies et le Comité international de la Croix-Rouge ont appelé les États à éviter toute utilisation d'armes explosives à large rayon d’impact en zones peuplées. L’objectif est de créer une présomption contre l'utilisation des armes explosives lourdes dans les zones peuplées.

Certains États, comme la France ou le Royaume-Uni, s'opposent à cette solution.  HI appelle les gouvernements réticents à changer leur position sur la formulation de la déclaration et à apporter une contribution qui aura un impact concret sur le terrain et assurera une protection efficace des civils.

 

Un problème humanitaire majeur

Les bombardements continuent de détruire la vie de milliers de civils en Syrie, au Yémen et plus récemment dans la bande de Gaza et en Israël... Entre 2011 et 2020, 91% des victimes des armes explosives en zones peuplées étaient des civils. L'utilisation des armes explosives en zones urbaines a des conséquences humanitaires systématiques pour les populations civiles.

Les armes explosives tuent et blessent les civils, provoquent de graves traumatismes psychologiques, détruisent les infrastructures vitales telles que les écoles, les centres de santé et les routes, et obligent les gens à fuir. Les bombardements laissent également des restes explosifs de guerre qui menacent la vie des civils longtemps après la fin les combats. Il est plus que jamais indispensable d'adopter une déclaration politique forte pour protéger les civils.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.

 

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante
© T. Nicholson / HI
Mines et autres armes Urgence

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante

Depuis le 10 mai dernier, la Russie mène une nouvelle offensive dans la région. Avec la détérioration de la situation sécuritaire, les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter.