Goto main content

Les enfants ne vont plus l’école

Urgence
Territoires Palestiniens Occupés

Les écoles de Gaza sont fermées à cause des violences, alors qu'arrive-t-il aux enfants qui ne sont plus scolarisés ?

Activitiés récréatives à Rafah organisées pour les enfants

Activitiés récréatives à Rafah organisées pour les enfants | © HI

Depuis le 7 octobre et l'escalade de la violence entre Israël et le Hamas, quelque 33 000 Palestiniens ont été tués et 75 000 blessés dans les bombardements incessants de Gaza par les forces israéliennes. Cette offensive meurtrière fait suite à une attaque massive lancée par le Hamas contre Israël, au cours de laquelle 1 200 Israéliens ont été tués et 240 Israéliens et ressortissants étrangers pris en otage.

Quelles sont les conséquences de plusieurs mois de guerre sur leur éducation ? Mahmoud Abudraz, responsable de l'éducation inclusive à Gaza, répond à nos questions :

Cette guerre est différence

À Gaza, les enfants de moins de 16 ans ont passé toute leur vie sous un blocus sévère et au milieu d'escalades récurrentes de la violence et des guerres. En fait, ils ont déjà vécu cinq tragédies de ce type au cours de leur vie, ainsi que la pandémie de COVID-19, qui ont toutes eu des répercussions dramatiques sur leur éducation. Cependant, jusqu'à présent, les initiatives communautaires, telles que les cours de rattrapage et l'enseignement correctif, ont toujours permis de combler les lacunes et de soutenir le processus d'apprentissage. Mais pas cette fois-ci, car cette guerre est totalement différente en termes de durée, d'intensité, de nombre d'enfants et d'enseignants tués, et de nombre d'écoles endommagées.

Selon OCHA, au 23 avril, 625 000 élèves n'avaient pas accès à l'éducation à Gaza et plus de 6 417 élèves et 296 membres du personnel éducatif avaient été tués. En outre, 73 % des bâtiments scolaires ont été directement touchés ou endommagés, et 60 % (320 sur 563) des bâtiments scolaires sont utilisés comme abris pour les personnes déplacées, dont 65 % ont été directement touchés ou endommagés .

1 million d'enfants ont besoin de soins de santé mentale

On estime qu'un million d'enfants à Gaza ont besoin d'un soutien psychosocial et de santé mentale. Quelque 17 000 enfants sont actuellement non accompagnés ou séparés, ce qui les expose à des risques accrus de violence et d'abus.

L'instabilité et l'insécurité affectent des familles entières, pesant particulièrement sur les parents qui ont déjà du mal à se procurer de la nourriture et d'autres produits de première nécessité. Pour les enfants, la perte de leur maison, de leur école et de leurs amis les a privés des piliers fondamentaux de la stabilité et de la sécurité, les laissant proches de l'effondrement psychologique.

Des espaces sûrs pour les enfants

HI met en place des espaces où les enfants peuvent se réunir avec des adultes et des amis de confiance pour participer à des activités d'apprentissage basées sur le jeu et recevoir un soutien psychosocial en étant orientés vers des services spécialisés de santé mentale et de soutien psychosocial (MHPSS) et de protection de l'enfance. Mais aucun espace ne peut être considéré comme sûr à Gaza aujourd'hui.

Cette absence d'espaces sûrs entrave la fourniture d'un soutien complet. En effet, sans un cessez-le-feu immédiat, les enfants ne pourront pas reprendre le chemin de l'école. Leur droit à l'éducation continuera d'être bafoué et ils risqueront de subir des dommages durables sur le plan de la santé mentale.

Un cessez-le-feu immédiat

Sans un cessez-le-feu immédiat et durable, les enfants continueront à vivre dans le stress et la peur. Ceux qui survivront seront confrontés à des difficultés d'apprentissage et à une détresse psychologique encore plus graves et durables, et leur capacité à se rétablir sera fortement diminuée.

HI et l'éducation inclusive en Palestine

Le programme de HI en Palestine promeut l'intégration des enfants handicapés dans les écoles ordinaires. Entre autres initiatives, nos équipes ciblent les communautés pour identifier les filles et les garçons handicapés qui ne sont pas scolarisés ou qui risquent d'abandonner l'école. Elles orientent ces enfants vers des prestataires de services spécialisés dans les secteurs de la santé, de la protection, du logement et des moyens de subsistance, en fonction de leurs besoins individuels, afin de favoriser leur intégration. Le programme équipe également les écoles ciblées en matériel d'apprentissage et d'enseignement et fournit des technologies auditives, visuelles et éducatives aux garçons et aux filles handicapés. L'objectif global de HI est de permettre à près de 3 000 enfants handicapés d'accéder à l'éducation

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.