Goto main content

Les Etats finalisent l'accord international sur les bombardements en zones peuplées

Mines et autres armes
International

Les États se sont mis d'accord sur une version finale d'un accord international sur les armes explosives en zones peuplées.

Conférence pour la présentation finale du texte de l'accord international sur les armes explosives dans les zones peuplées.

Conférence pour la présentation finale du texte de l'accord international sur les armes explosives dans les zones peuplées. | © HI

Le vendredi 17 juin, les États ont approuvé le texte final de l’accord « Stop Bombing Civilians ». Beaucoup se sont déjà engagés à le signer.

De nombreux États devraient signer l’accord

L'équipe AIR de HI.Une cinquantaine d'États se sont réunis à Genève, le 17 juin dernier, pour finaliser le texte d’un accord international sur l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, concluant ainsi un processus diplomatique de près de trois ans. Une majorité écrasante d'États a approuvé le texte final de cet accord.

De nombreux États, dont la Belgique, la Bulgarie, la Corée du Sud, les États-Unis, la France, la Norvège, la Suisse, le Royaume-Uni et la Suède ont exprimé leur intention d’adopter l’accord lorsqu'il sera ouvert à signature lors de la conférence d’adoption prévue à Dublin, ou ont indiqué qu'ils travaillaient à cette décision.
Quelques Etats, comme le Canada et la Turquie, ont exprimé leur désaccord avec le texte. D'autres, comme la Chine et Israël, ont tenté d’en atténuer la portée par des commentaires supplémentaires. Mais l'Irlande, qui a mené l'ensemble du processus de négociation, a refusé toute nouvelle modification.

Ce que l’accord va changer

L’accord engage les États à limiter l'utilisation des armes explosives en zones peuplées afin de prévenir les dommages aux civils. Elle engage, en outre, les États à aider les victimes et à réparer les conséquences à long terme des dégâts et des destructions des infrastructures civiles.

L’étape suivante

La prochaine étape sera la conférence d’adoption, qui doit avoir lieu à Dublin, en Irlande, avant la fin de l'année. L'ambassadeur irlandais Michael Gaffey, qui a dirigé ce processus diplomatique pendant trois ans, a annoncé une telle conférence au niveau ministériel, cet automne.

Mise en œuvre de l’accord

Une fois l'accord signé, les États devront le mettre en œuvre sans tarder, en élaborant des politiques nationales qui modifieront les pratiques sur le terrain. HI et ses partenaires du International Network on Explosive Weapons (INEW) suivront activement les décisions prises et leurs applications : avec l'Explosive Weapons Monitor co-créé par HI en 2022, nous surveillerons les politiques et les pratiques militaires pour assurer une meilleure protection des civils contre les armes explosives. HI veut s’assurer que cet accord international apportera de réels changements pour les personnes touchées par la guerre.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

« Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »

Gaëlle Smith, spécialiste HI de la réadaptation d’urgence, s’est rendue en Ukraine il y a quelques mois pour soutenir les équipes locales sur le terrain. Elle témoigne de son expérience.

Roger : « Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »
© HI
Mines et autres armes

Roger : « Le traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »

Roger Eid est responsable des opérations de déminage de HI au Liban. Il nous explique l’importance du déminage et comment sont réalisées ces opérations indispensables.

Colombie : des territoires libérés des mines, des vies libérées de la peur
© J.M. Vargas / HI
Mines et autres armes

Colombie : des territoires libérés des mines, des vies libérées de la peur

Depuis 2016, HI a mené des opérations de déminage dans le département du Cauca. Aujourd’hui, la région d’Inzá est libre de mines, les communautés reprennent leurs activités l’esprit serein.