Goto main content

Soutenir les personnes vulnérables et ceux qui les accueillent

Urgence
Ukraine

A l’est de l’Ukraine, des institutions accueillent des personnes vulnérables déplacées par la crise. Face aux besoins criants, le soutien de HI est essentiel pour les résidents et pour leurs aidants.

résidents et pour leurs aidants. Les résidentes d’une maison d’accueil dans la région de Dnipro, Ukraine. Depuis le début du conflit, le nombre de personnes âgées isolées et parfois dépendantes a considérablement augmenté.

résidents et pour leurs aidants. Les résidentes d’une maison d’accueil dans la région de Dnipro, Ukraine. Depuis le début du conflit, le nombre de personnes âgées isolées et parfois dépendantes a considérablement augmenté. | © HI

Des centres d’accueil dépassés

Natalia, 34 ans, et Konstantin, 32 ans, sont originaires de la région de Donetsk, à l’est de l’Ukraine. Lorsque le premier conflit a éclaté en 2014, ils sont partis vers l’ouest et se sont installés à Novomoskovsk, au nord-est de Dnipro. Ils s’y sont établis en 2019, et ont créé un centre d’accueil pour des personnes âgées isolées, des enfants et des femmes victimes de violences ainsi que des personnes handicapées.

Depuis le début du conflit en février 2022, Natalia et Konstantin ont vu le nombre de résidents doubler, avec l’arrivée d’enfants, de personnes âgées et de personnes handicapées. Ils accueillent désormais 130 personnes, dont des familles déplacées venant de différentes zones à l’est du pays. Les chambres sont surchargées et ils doivent « pousser les murs » pour trouver à chacun une place.

La situation critique du personnel

Natalia et Konstantin, originaires de la région de Donestsk, gèrent aujourd’hui un centre d’accueil pour personnes vulnérables.Natalia est enceinte de 8 mois et demi. Pourtant, elle continue de faire des ménages chez des particuliers en plus de la gestion du centre d’accueil, pour gagner un peu d’argent. C’est aussi le cas pour Konstantin, qui travaille quant à lui comme manœuvre sur des chantiers. Le faible revenu qu’ils gagnent ne suffit plus à couvrir les dépenses en eau et en électricité.

Faute de pouvoir acheter du bois, ils doivent brûler des cartons et des déchets pour se chauffer. Ils reçoivent des dons alimentaires grâce à l’aide du réseau de volontaires ukrainiens mais très peu de légumes et de fruits frais, ce qui peut entraîner des problèmes nutritionnels pour les personnes vulnérables.

Récemment, un bombardement a frappé un dépôt de carburant, situé à 1 km environ de la maison. L’ensemble des résidents est alors descendu en urgence à la cave, où des palettes et des couvertures avaient été installées au préalable. Parmi les résidents, une trentaine de personne à mobilité réduite ne pouvaient pas descendre elles-mêmes les escaliers. Konstantin a dû les porter dans ses bras pour les mettre en sécurité.

Veiller à la dignité des personnes dépendantes

Sur 70 personnes âgées isolées qui vivent dans la maison, 40 sont dépendantes pour les activités de la vie quotidienne. Pourtant, l’institution ne disposait au départ que d’une chaise de toilette et de trois fauteuils roulants pour l’ensemble des personnes à mobilité réduite.

A cause du manque de matériel adapté et de personnel, le plus grand défi est aujourd’hui la gestion de l’hygiène des personnes dépendantes. Le centre bénéficie de protections en quantité suffisante, mais elles ne sont pas toujours la solution adaptée à la situation de chacun. En effet, pour Natalia, il est très important que les personnes qui pourraient aller aux toilettes ne soient pas obligées de porter des couches. De plus, les douches ne sont pas adaptées à la prise ne charge de personnes à mobilité réduite. Malheureusement, comme il n’y a pas suffisamment de personnes pour s’occuper de tous les résidents, ils n’ont pas toujours le choix.

Un soutien essentiel en matériel spécialisé

HI soutient le centre d’accueil de Natalia et de Konstantin, grâce à un premier don de fauteuils roulants, de chaises de toilette, de bassins de lit, de déambulateurs, ainsi que des cannes. Ces aides techniques à l’hygiène et à la mobilité vont permettre d’améliorer la prise en charge et le quotidien des personnes les plus dépendantes, tout en soulageant Natalia et Konstantin, ainsi que les autres résidents.

Par la suite, grâce au soutien combiné de plusieurs organisations, des produits d’hygiène leur ont également été livrés. HI a également identifié un besoin en santé mentale et en soutien psychosocial, notamment pour les enfants. 

En Ukraine, HI se déploie toujours plus à l’Est

HI continue de se déployer vers l’est de l’Ukraine, où les besoins sont les plus urgents. L’organisation y concentre ses activités sur le soutien aux personnes vulnérables et l’aide aux institutions ukrainiennes qui les accueillent, ainsi qu’au personnel qui les prend en charge.

HI met en place un système de soutien financier d’urgence, afin que les institutions accueillant des personnes vulnérables puissent faire face aux besoins les plus urgents. L’organisation a déjà soutenu trois institutions et deux centres collectifs à Dnipro et dans la région de Kharkiv, qui accueillent notamment des personnes âgées dépendantes ou des personnes handicapées mentales. Cette région, située à l’est du pays, était jusqu’à présent isolée de l’aide humanitaire.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine: Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées
© M.Monier / HI
Mines et autres armes

Ukraine: Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins plus de 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.  

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.