Aller au contenu principal

Vadim, caché dans une cave pour se protéger des bombardements : « Je suis en vie » !

Réadaptation Urgence
Ukraine

Vadim a passé l’hiver caché dans une cave de Bakhmout, théâtre de la bataille la plus meurtrière de la guerre en Ukraine. Il a été amputé des deux jambes, sévèrement brûlées à cause du gel.

Vadim est suivi en réadaptation par les équipes de HI à l’hôpital St Luke, Lviv, Ukraine.

Vadim est suivi en réadaptation par les équipes de HI à l’hôpital St Luke, Lviv, Ukraine. | © O. Marikutsa / HI

Vadim a accepté de raconter son histoire car il souhaitait s’adresser directement à Ruslan, le kinésithérapeute  de HI qui l’accompagne depuis son opération. « Monsieur le Directeur », comme il l’appelle pour plaisanter.


« Dieu merci je vais bien ! C’est grâce aux équipes médicales. Sans elles, je ne serais plus là, vous comprenez ? Je leur suis si reconnaissant d’avoir sauvé ma vie. Je suis en vie ! »

Caché dans la cave d’un théâtre de Bakhmout

Difficile de mettre des mots sur l’enfer qu’il a vécu. Combien de temps a-t-il duré ? Deux semaines, peut-être trois. Une éternité pour Vadim. Cet Ukrainien a vécu cloitré dans une cave de la ville de Bakhmout, cible de puissants affrontements pendant de nombreux mois. Alors qu’il profitait d’une accalmie pour aller acheter de la nourriture, la maison de Vadim a été bombardée.


Alors où aller ? Un ami lui a conseillé de se protéger dans les sous-sols des bâtiments. C’est ainsi que, par hasard, Vadim s’est caché dans la cave d’un théâtre de la ville. En plein hiver, sans chauffage, ni électricité. Mais avec les températures extrêmes, ses jambes ont été brûlées par le gel et ont commencé à présenter de sévères engelures.

L’amputation

Vadim a finalement été extrait de la ville grâce à l’aide de volontaires ukrainiens, puis transféré en urgence à Lviv, au sein de l’unité « brûlés » de l’hôpital St Luke. Il s’agit de l’établissement de référence en la matière, celui où sont admis les cas les plus graves.


« Mes jambes étaient devenues noires. Il n’y avait rien d’autre à faire. Il fallait m’amputer »

Une réadaptation essentielle pour Vadim

Ruslan, the physiotherapist who is treating him, shows him some exercises to do on his own once he is out of hospital. Peu de temps après avoir été opéré, Vadim a rencontré Ruslan, l’un des kinésithérapeutes  de HI, spécialisé dans la réadaptation post-amputation.


« Nous expliquons aux patients comment prendre soin d'eux-mêmes à l'avenir, comment faire des exercices de réadaptation en autonomie pour qu’ils soient en mesure de poursuivre les soins une fois qu’ils auront quitté l’hôpital », détaille le professionnel de santé.


Vadim doit faire un certain nombre d’exercices pour éviter les engourdissements, mobiliser ses muscles pour empêcher qu’ils ne s’atrophient, se raidissent.


Il ne sait ni combien de temps il va être hospitalisé, ni où il ira par la suite.


« Qui sait ce qu’il va arriver ? Personne… Évidemment, j’aimerais que la guerre se termine, mais je pense que ce ne sera malheureusement pas demain ».


HI intervient au sein de 8 hôpitaux dans les villes de Lviv, Kyiv, Kharkiv et Dnipro. À Lviv, au sein de l’hôpital St Luke,  HI forme des kinésithérapeutes nationaux à l'accompagnement des personnes victimes de brûlures sévères, ce qui n'avait jamais été fait auparavant en Ukraine. HI fournit également des services directs de réadaptation avec le soutien de l’Union Européenne et de B.H.A.


Comme Vadim, de nombreux blessés sont des personnes déplacées originaires de l’Est de l’Ukraine et rapatriées à Lviv pour y être soignées. En 2022, plus de 350 patients victimes de brûlures sévères y ont reçu des services de réadaptation spécialisés.

Une collaboration étroite et précoce avec l'équipe de réadaptation aide considérablement les patients à retrouver leur fonctionnalité, à reprendre leurs activités quotidiennes antérieures et à restaurer leur indépendance. En outre, la réadaptation physique aide à se remettre d'une expérience traumatisante, à croire en leur capacité à reprendre en main leur vie et leurs capacités.  

 

[1] physiothérapiste

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.

 

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante
© T. Nicholson / HI
Mines et autres armes Urgence

À Kharkiv, en Ukraine, la situation est très préoccupante

Depuis le 10 mai dernier, la Russie mène une nouvelle offensive dans la région. Avec la détérioration de la situation sécuritaire, les besoins humanitaires ne cessent d’augmenter.