Goto main content

Zena, secouriste volontaire, est touchée par une balle et perd la vue

Réadaptation Urgence
Territoires Palestiniens Occupés

Lors des manifestations à Gaza, Zena se rendait sur place pour secourir les blessés. Jusqu’au jour où elle a été touchée par une balle. Ayant perdu l’usage d’un œil, c’est à son tour d’être aidée… : HI lui apporte des soins et un suivi psychologique

Zena et un staff HI lors d’une séance d’aide psychologique

Zena et un staff HI lors d’une séance d’aide psychologique | © HI

Zena habite au sud de la bande de Gaza, dans le gouvernorat de Rafah. Après avoir reçu une formation en premiers secours, elle est là pour venir en aide aux blessés dès les premières manifestations en mars dernier. Le 18 mai, alors qu’elle secourait trois personnes, une balle la blesse au visage et lui fait perdre 70 % de ses capacités visuelles. Elle se fracture également le poignet droit en tombant.

« Je ne suis plus la même personne »

Femme au foyer et mère de huit enfants, sa blessure a de graves conséquences sur son quotidien et son bien-être. Elle est devenue très sensible à la lumière et au bruit, à tel point qu’elle ne supporte même plus le bruit de la télévision : « Je veux retrouver la vue. En tant que femme au foyer, ça me tue. Je ne devrais pas être exposée à la chaleur mais je dois cuisiner. Alors je suis facilement fatiguée ».

Zena, qui possède un diplôme d’études supérieures, se destinait à l’enseignement. A cause des violences à Gaza, ses ambitions ont été stoppées net : « Mon rêve était de devenir institutrice. A cause de ce que je suis devenue et de mon apparence, je n’ai maintenant aucune chance… L’apparence physique est très importante face à des enfants »

Le soutien de HI

Quelques jours après sa blessure, Zena a rencontré une équipe mobile HI qui a identifié ses besoins. Son œil a été nettoyé et sa fracture a nécessité huit jours d’hospitalisation. HI lui a ensuite dispensé des séances de kinésithérapie pour qu’elle retrouve l’usage de son poignet, couplées à une aide psychologique. Pour retrouver la totalité de sa vue, elle aura besoin d’opérations chirurgicales supplémentaires.

 

© HI / Zena et ses enfants

Activités d’urgence menées par HI à Gaza

  • HI et ses partenaires locaux ont mis en place 12 équipes mobiles. Ces équipes comprennent des professionnels de la réadaptation, des psychologues et des travailleurs sociaux. Elles assurent les visites à domicile des personnes blessées, car il n’y a pas assez de place dans les hôpitaux.
  • À la mi-août 2018, les équipes mobiles ont assuré l’évaluation et commencé à fournir des services (kinésithérapie, soins postopératoires, soutien psychosocial, aides techniques) à plus de 900 patients blessés. Elles espèrent venir en aide à des centaines de personnes supplémentaires dans les semaines à venir.
  • Les équipes mobiles ont été spécialement formées par HI au cours de 2017 afin de parer à ce type d’urgence.
  • HI a également préparé des stocks d’urgence dans chaque gouvernorat, notamment des aides à la mobilité (béquilles et fauteuils roulants), des kits d’urgence et de cuisine, ainsi que des informations destinées aux soignants, ce qui a permis de réduire les temps d’attente.
Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Lara, une enfant handicapée dans la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

Lara, une enfant handicapée dans la guerre

Lara, âgée de 8 ans, a une paralysie cérébrale. Elle vit l'expérience terrifiante de la guerre.

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.