Goto main content

Colombie : des territoires libérés des mines, des vies libérées de la peur

Mines et autres armes
Colombie

Depuis 2016, HI a mené des opérations de déminage dans le département du Cauca. Aujourd’hui, la région d’Inzá est libre de mines, les communautés reprennent leurs activités l’esprit serein.

Dans la région humide des montagnes d'Inzá, une démineuse réalise des opérations de déminage dans une zone contaminée. Département du Cauca, Colombie.

Dans la région humide des montagnes d'Inzá, une démineuse réalise des opérations de déminage dans une zone contaminée. Département du Cauca, Colombie. | © J.M. Vargas / HI

Entre 1990 et septembre 2022, 12 200 personnes ont été victimes d'engins explosifs en Colombie. La Colombie est le deuxième pays au monde en nombre de victimes de mines, derrière l'Afghanistan. Le déminage et l’assistance aux victimes sont des activités vitales pour les populations. Elles sont également inscrites dans le traité d’Ottawa d’interdiction des mines, dont nous fêtons les 25 ans cette année. Elles permettent aux populations de se réapproprier leurs terres, de relancer l’économie locale et de reconstruire le tissu social.

La municipalité d’Inzá libre de mines

Trois démineurs de HI se rendent à leur camp de base dans la région de Inzá, dans le département du Cauca, en Colombie. © J.M. Vargas / HIEn juillet 2022, HI a déclaré la municipalité d'Inzá dans le Cauca comme étant exempte de toute contamination par des mines antipersonnel, des engins explosifs et des munitions non explosées. Pendant deux ans, l’organisation y a mené des opérations de déminage dans huit zones et a sécurisé plus de 13 600 m². En tout, HI a enquêté sur la présence potentielle de contamination sur près de 900 km². La restitution de ces terres bénéficie aux 27 000 habitants de la région.

« Nous espérons que les quelques 870 km² de terres sur lesquelles nous avons enquêté contribueront à la construction d'une société plus égalitaire, au développement social et à l'écotourisme dans la région, » explique Arturo Bureo, directeur des opérations de HI en Colombie, lors de l’événement organisé pour la remise des terres aux communautés. « Et surtout, nous espérons que la décontamination d'Inzá profitera aux communautés indigènes et paysannes qui y habitent. »

En outre, 45 ateliers d'éducation aux risques des mines ont été organisés au cours de ces deux années de travail. Pendant la phase d’enquête et d’analyse du terrain, 5 944 familles ont bénéficié de séances d'éducation aux risques des mines.

Redonner confiance aux habitants

À Inzá, les communautés indigènes et paysannes ont dû faire face à la menace liée à la présence des mines et des engins explosifs improvisés, laissés par le conflit armé.

Diana Milena Pacho, membre de la communauté autochtone de San José, est assistante d’enquête de déminage non technique chez HI. Pendant deux ans, elle a travaillé main dans la main avec les populations, en enquêtant dans plus de 14 secteurs soupçonnés d’abriter des engins explosifs. Grâce à son travail, elle a contribué à redonner confiance aux habitants d’Inzá. Ces derniers peuvent aujourd’hui reprendre possession de leurs terres en toute tranquillité. 

« Mon travail m'a beaucoup appris. J’ai pu transmettre ces enseignements à ma communauté : expliquer qu’il ne faut pas toucher les explosifs et apprendre à ma famille à prendre soin d'elle-même. Avec la fin de la menace des engins explosifs, nous pourrons à nouveau nous promener l’esprit tranquille, travailler sereinement et visiter les sites touristiques sans crainte », témoigne Diana.

L’agriculture reprend

Justiniano Pencué tient l’un des plants de café de sa pépinière, dans la région de Inzá, dans le département du Cauca, en Colombie. © J.M. Vargas / HIGrâce aux opérations de déminage civil humanitaire menées par HI, l’économie locale peut être relancée. Justiniano Pencué, agriculteur de la communauté indigène de Nasa à Inzá, a attendu dix ans pour planter et cultiver sa terre l’esprit serein. Pendant tout ce temps, la menace des engins explosifs sur ses terres l'a empêché d’élargir ses cultures de café.

Grâce au travail de déminage de HI, Justiniano peut aujourd’hui retourner sur ces terres l'esprit tranquille. Il dispose d'une pépinière de 5 000 plants de café, prêts à être plantés sur ces zones désormais libres de mines pour les rendre à nouveau productives.

« Je suis déjà en train de réaménager le terrain pour planter du café. Ces cultures nous permettront de vivre, elles nous permettront de nous nourrir », confie Justiniano.

Une région d’une grande richesse naturelle et culturelle

Justiniano Pencué dans sa pépinière de plants de café, dans la région de Inzá, dans le département du Cauca, en Colombie. © J.M. Vargas / HIInzá est une municipalité située au sud-est de la capitale Bogotá. La ville possède une grande richesse archéologique, architecturale et naturelle. Mais, comme dans nombre de régions du pays, les marques laissées par le conflit armé ont empêché les populations d’en profiter pleinement.

Parmi les lieux les plus importants, il y a notamment le parc archéologique national de Tierradentro, une réserve classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO. En raison de la présence suspecte d'engins explosifs, elle n’a jamais pu être explorée dans son intégralité. La municipalité abrite également la bibliothèque publique « La Casa del Pueblo », qui a reçu le prix national des bibliothèques colombiennes. Grâce au travail de déminage de HI, ces richesses naturelles et culturelles vont de nouveau contribuer au développement de la région.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques Mines et autres armes

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques

L'Observatoire des mines 2022 fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines – dont les mines improvisées et les restes explosifs de guerre - pour la septième année consécutive. L'Observatoire a enregistré 5 544 victimes en 2021. 75 % d'entre elles étaient des civils.Ce chiffre élevé est principalement le résultat de l'augmentation des conflits armés et de la contamination par les mines improvisées depuis 2015. L'utilisation de mines par les armées de la Russie et du Myanmar, ainsi que par des groupes armés non étatiques dans cinq pays, sont les principaux facteurs d'une forte augmentation mondiale de l'utilisation de ces armes en 2022.

Les États se réuniront à Genève du 21 au 25 novembre pour la 20e conférence annuelle du Traité d'Ottawa qui interdit les mines. Alors que nous célébrons les 25 ans de ce traité, HI exhorte les États à faire pression sur les parties au conflit pour qu'elles mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares et à soutenir le financement de l'aide aux victimes qui se réduit malgré des besoins croissants et un nombre élevé de victimes ces dernières années.

Lire le rapport au complet en anglais.

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 80 États ont adopté un accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, lors de la conférence de Dublin, le 18 novembre 2022.

Le jour où j’ai marché sur une mine, mon destin a été tracé
© J. M. Vargas / HI
Mines et autres armes

Le jour où j’ai marché sur une mine, mon destin a été tracé

Marta Quintero travaille depuis 7 ans sur les opérations de déminage de HI en Colombie. Elle œuvre pour l’avenir de son pays grâce à une détermination sans faille, fruit de son histoire personnelle.