Goto main content

Entretien avec Jean-Loup Gouot sur la pandémie COVID-19

Protéger les populations vulnérables Santé Secourir les déplacés/réfugiés
Bangladesh

Jean-Loup Gouot, Directeur de Humanité & Inclusion (HI) au Bangladesh, témoigne au sujet de l’impact du COVID-19 dans le pays et rappelle les risques de cette épidémie, en particulier pour les réfugiés rohingyas

Famille de déplacés rohingyas

Famille de déplacés rohingyas | © M. A. Islam / HI

Quel est l’impact de la COVID-19 sur nos opérations ?

D’une part, nous adaptons nos activités, en sensibilisation et en informant les populations locales au sujet de ce virus, et en faisant la promotion des bonnes pratiques d’hygiène, de prévention et de protection face à ce virus. Par ailleurs, nous poursuivons nos activités de référencement sanitaire dans les camps de réfugiés et en dehors : communautés hôtes de Cox’s Bazar, nord du pays, zones proches de Chittagong. Nous maintenons aussi nos activités d’appui en santé mentale (soutien psychosocial, protection, etc.), et nous poursuivons nos activités de soutien logistique auprès de nos partenaires humanitaires afin de favoriser le stockage, le transport et la distribution de denrées alimentaires.

Quels messages transmettons-nous aux populations locales ?

Nous transmettons les messages relatifs aux bonnes pratiques d’hygiène : se laver les mains, adopter des mesures préventives au sein des ménages et de la communauté, limiter les déplacements et les mouvements, etc.

Quelle est la priorité pour HI au Bangladesh face à la COVID-19 ?

Poursuivre, voire amplifier, nos activités de sensibilisation et d’information. Appuyer le référencement médical (référencer les personnes identifiées auprès d’organisations partenaires qui vont pouvoir leur apporter un soutien). A plus long terme : renforcer l’appui aux populations les plus pauvres de ce pays, car une large partie de la population est toujours en situation d’extrême pauvreté, et risque d’être victime de la crise économique qui sera probablement engendrée par la situation actuelle. Les conditions de vie de ces populations en seraient profondément affectées.

Et les équipes de HI sur le terrain ?

À l’heure actuelle, un tiers de nos équipes est disponible, les autres collègues de HI ont été mis en alerte et sont prêts à intervenir s’il fallait renforcer la réponse à l’urgence. Nos équipes mettent en place les activités essentielles : activités de sensibilisation, référencement sanitaire auprès d’organisations partenaires, protection des plus vulnérables, soutien psychosocial, etc.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.

 

Bonnes nouvelles - Mai 2024
© Mangafeo / HI
Droits Inclusion Mines et autres armes Santé

Bonnes nouvelles - Mai 2024

Bonnes nouvelles en Mai chez Humanité & Inclusion : déminage en Colombie, réadaptation au Soudan du Sud et éducation inclusive à Madagascar.

« Nous avons besoin de deux fois plus de fournitures »
HI
Réadaptation Santé Urgence

« Nous avons besoin de deux fois plus de fournitures »

L’infirmière Wala soigne les personnes chez elles et dans les camps de déplacés. Elle parle de sa vie, de son travail et de la situation à Gaza.