Goto main content

Haïti : HI étend l'évaluation des besoins après le tremblement de terre

Urgence
Haïti

L’équipe d'urgence de Humanité & Inclusion (HI) se dirige vers le nord depuis les Cayes pour évaluer les besoins des populations de Grande'Anse suite au séisme

Anissa Bouachria, responsable de zone d'urgence HI, observe les dégâts du tremblement de terre aux Cayes, en Haïti. 2021

Anissa Bouachria, responsable de zone d'urgence HI, observe les dégâts du tremblement de terre aux Cayes, en Haïti. 2021 | © R.CREWS / HI

Dimanche 29 août, les membres de l'équipe d'urgence de HI se sont rendus à Grande'Anse depuis les Cayes pour évaluer la situation et les besoins suite au tremblement de terre de magnitude 7,2 qui a dévasté toute la région du Sud-Ouest d'Haïti.

Le responsable de la zone d'urgence de HI, un spécialiste de la logistique et un expert en déblaiement se sont rendus dans les secteurs de Jérémie, Corail et Pestel pour évaluer la situation et déterminer les prochaines actions à mener. Le tremblement de terre a dramatiquement touché ces régions, laissant de nombreux blessés et sans abri, nourriture ou eau potable.

Le plus gros obstacle : la coordination du dernier kilomètre

"Lors de cette visite, nous devons nous concentrer principalement sur les besoins sanitaires et les composantes logistiques",

explique Anissa, responsable de l’équipe d'urgence de HI.
"Nous devons examiner les routes, les ports et les ponts pour voir s'il y a des problèmes de dégagement ou des dommages aux infrastructures. Ensuite, nous devons déterminer nos possibilités d'expédition et de stockage en conséquence. La coordination du dernier kilomètre entre l'arrivée et la livraison est le plus grand obstacle."

Donner aux ONG le moyen d’accéder aux zones reculées

HI a mis en place une voie maritime d’acheminement pour livrer des matériaux d'aide essentiels aux régions les plus touchées. Une inspection appropriée des ports, qui ont pu être endommagés lors du séisme, permettra de déterminer les possibilités d'expédition, le volume des fournitures à expédier, l'endroit où elles peuvent être déchargées et comment. Ce service pourrait constituer un moyen stratégique pour de nombreuses ONG d'accéder aux régions touchées d'Haïti avec des biens vitaux.

"Une autre priorité consiste à établir des relations de collaboration avec les autorités locales de Grande'Anse", explique Anissa. "Comme nous l'avons fait aux Cayes, nous devons rencontrer l'Agence de protection civile, le directeur de la santé et le ministère des Transports publics afin d'adapter notre réponse à la situation particulière de chaque région."

Apporter une réponse adaptée

Alors qu’une partie de l'équipe d'intervention d'urgence élargit le champ d'action de HI, d'autres resteront aux Cayes pour continuer à superviser les activités que HI a commencé à mettre en place dans les hôpitaux locaux et dans un centre de réhabilitation.

"À Jérémie, nous nous attendons à voir beaucoup de similitudes avec les Cayes, notamment un besoin de soutien à la réhabilitation et de biens essentiels", explique Anissa. "Nous devons simplement déterminer le volume des besoins. Afin d'apporter une réponse adaptée, nous devons avoir une idée claire de la situation et des possibilités dans chaque région que nous visitons."
 

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Lara, une enfant handicapée dans la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

Lara, une enfant handicapée dans la guerre

Lara, âgée de 8 ans, a une paralysie cérébrale. Elle vit l'expérience terrifiante de la guerre.

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.