Accès direct au contenu

HI prête à se mobiliser pour venir en aide aux plus fragiles

Urgence
Territoires Palestiniens Occupés

L’escalade de violence qui touche de nouveau la bande de Gaza depuis le 11 mai a déjà fait plusieurs dizaines de morts et de très nombreux blessés. Les équipes de Humanité & Inclusion (HI) sont prêtes à se mobiliser.

Intervention des équipes HI auprès des blessés, en 2018 à Gaza.

Intervention des équipes HI auprès des blessés, en 2018 à Gaza. | © Hardy Skills/HI – Archives

Au cours des premières 24 heures qui ont suivi le déclenchement de nouveaux affrontements à Gaza, près de 50 personnes ont été tuées, et parmi les blessés, on dénombrait 9 enfants. « Les civils sont les premières victimes de ces nouveaux affrontements, explique Laurent, responsable des actions de HI à Gaza. Nous nous inquiétons pour les personnes les plus fragiles, comme les personnes âgées, les personnes handicapées, les femmes isolées… Dans une situation de crise et de conflit, ces personnes sont affectées en premier, parce qu’elles ont des difficultés pour se déplacer, pour aller chercher de l’aide.  La bande de Gaza, c’est 3 kilomètres de largeur sur 42 km de longueur avec plus de 2 millions d’habitants. C’est une densité très forte de population. Pour cette raison, dès qu’il y a un conflit, dès qu’il y a des combats, il y a de nombreuses victimes parmi les civils. Les frappes endommagent et détruisent également des maisons et des infrastructures, notamment des hôpitaux et des écoles, ainsi que des routes, des réseaux d'électricité, de gaz et de communication ».

La bande de Gaza est soumise à un blocus depuis plusieurs années, les approvisionnements sont déjà très limités. Avec ces nouveaux affrontements, la situation pourrait s’aggraver très rapidement. Avec des risques de coupures d’électricité si la centrale électrique n’est plus alimentée en carburant, avec des pénuries d’eau également. Et des pénuries de nourriture sont également à craindre.

Si les combats se poursuivent, les hôpitaux de Gaza risquent de devoir faire face à un afflux de blessés qui auront besoin de soins de réadaptation après les soins d’urgence. HI s’inquiète aussi de la situation des personnes les plus fragiles dont la situation va s’aggraver si elles ne reçoivent pas l’aide humanitaire dont elles ont besoin. Il sera aussi nécessaire de soutenir les personnes qui ont perdu leur logement suite à un bombardement ou qui n’ont plus de quoi assurer leur quotidien.

HI pourrait apporter un soutien aux personnes les plus vulnérables, en s’appuyant sur ses équipes et sur des organisations partenaires. L’association devrait également mobiliser des stocks humanitaires pré-positionnés, dont des kits d’hygiène ou des aides à la marche (béquilles, fauteuils roulants…).

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Lara, une enfant handicapée dans la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

Lara, une enfant handicapée dans la guerre

Lara, âgée de 8 ans, a une paralysie cérébrale. Elle vit l'expérience terrifiante de la guerre.

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.