Goto main content

Le cyclone Mocha pourrait toucher le plus grand camp de refugiés au Bangladesh

Urgence
Bangladesh

Mocha devrait frapper le Bangladesh et le Myanmar le dimanche 14 mai. Les inquiétudes sont très fortes concernant les camps de réfugiés de Cox's Bazar, où vivent un million de Rohingyas.

La tempête cyclonique Mocha s'approche progressivement des côtes du Bangladesh et du Myanmar (date de l'image : 12 mai 2023)

La tempête cyclonique Mocha s'approche progressivement des côtes du Bangladesh et du Myanmar (date de l'image : 12 mai 2023) | © Cyclocane.com

Dans les camps de réfugiés de Cox's Bazar, les équipes de Handicap International – Humanity & Inclusion sont en alerte.

Des milliers de personnes en danger, les abris ne pourront pas résister au vent

"Mocha" s'approche de la frontière entre le Bangladesh et le Myanmar et devrait frapper le sud-est du Bangladesh et le nord du Myanmar le dimanche 14 mai 2023, prenant la forme d'une tempête cyclonique très violente avec des vents pouvant souffler jusqu’à 200 km/h. À ce stade, les inquiétudes sont extrêmement vives concernant la situation à Cox's Bazar (sud-est du Bangladesh), où près de 600 000 bangladais et plus ou moins 1 million de réfugiés Rohingyas vivent dans des camps surpeuplés.Vue d'ensemble d'un camp de réfugiés rohingyas à Teknaf Cox's Bazar, au Bangladesh

Les abris dans les camps sont faits de bambous et de bâches, qui risquent de ne pas pouvoir résister aux vents violents, or la plupart des réfugiés ne pourront pas être relogés et resteront dans les camps. Ces camps se trouvent sur des terrains vallonnés récemment déboisés pour accueillir des centaines de milliers de réfugiés. Par conséquent, le risque de glissements de terrain et d'inondations soudaines est très élevé.

"Nos principales préoccupations sont le risque de blessures causées par les débris et les abris fragiles en bambou qui ne seront pas en mesure de résister au vent, ainsi que les glissements de terrain et les crues soudaines. Les équipes HI sont déjà en alerte et entièrement mobilisées sur le terrain afin de fournir une aide d'urgence aux personnes les plus vulnérables dans les camps de réfugiés de Cox's Bazar". Rajesh Chandra, directeur de programme au Bangladesh.

200 membres du personnel, 350 volontaires sur le terrain

Les équipes de Handicap International – Humanity & Inclusion sont pleinement mobilisées pour venir en aide aux personnes les plus vulnérables : près de 200 membres du personnel sont en alerte au Bangladesh, auxquels s'ajoutent 350 volontaires parmi la population rohingya et la population locale dans les camps.

Les équipes mobiles de réadaptation identifient les personnes blessées et proposent des soins de réhabilitationÀ Cox’s Bazar, Handicap International – Humanity & Inclusion opère dans près de 26 camps (dont 6 camps à Teknaf), touchant environ 850 000 réfugiés rohingyas, dont la moitié sont des enfants et qui comprend de nombreuses personnes handicapées (12 %), en plus de la population locale.

Nos équipes ont déjà commencé à identifier des lieux sûrs dans les camps, afin de protéger les personnes handicapées et les personnes les plus vulnérables. 7 installations de Handicap International – Humanity & Inclusion sont prêtes à reloger les groupes les plus vulnérables. L'organisation aide également les autorités à identifier les enfants et les personnes handicapées en cas d'évacuation.

Distribuer des kits de première nécessité et des appareils d'assistance... L’ONG est prête à répondre à la situation d'urgence

Les équipes de Handicap International – Humanity & Inclusion de Cox's Bazar sont prêtes à fournir plus de 1 000 kits de première nécessité, comprenant des kits d’hygiène, de cuisine et de dignité, ainsi que des centaines de couvertures. 

Les appareils de mobilité et d’assistance sont prêts à être fournis directement aux personnes handicapées ou blessées, ainsi qu’aux hôpitaux locaux. 

Les équipes Handicap International – Humanity & Inclusion seront également en mesure d'apporter un soutien psychologique aux personnes qui en ont besoin. 

L'équipe Atlas Logistique de Handicap International – Humanity & Inclusion est également prête à se mobiliser immédiatement pour assurer le stockage et le transport de l'aide aux autres acteurs humanitaires.

 

Image1 : Vue d'ensemble d'un camp de réfugiés rohingyas à Teknaf Cox's Bazar, au Bangladesh Légende : Vue d'ensemble d'un camp de réfugiés rohingyas à Teknaf Cox's Bazar, au Bangladesh ©A.Abdullah/HI 2018

Image2 : Les équipes mobiles de réadaptation identifient les personnes blessées et proposent des soins de réhabilitation ©S.Ahmed/HI 2018

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah
© HI
Droits Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Gaza : Destruction de l’entrepôt de Humanité & Inclusion à Rafah

Humanité & Inclusion condamne fermement la destruction par l'armée israélienne de son entrepôt à Rafah et de tout le matériel humanitaire qu'il contenait.

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Risque d'effondrement de l'aide humanitaire à Gaza

Les nouveaux points de passage et le "quai flottant" sont des changements cosmétiques. L'accès humanitaire s’effondre à Gaza, avertissent les agences d'aide.

 

Jérusalem, 28 mai 2024 – Alors que les attaques israéliennes s'intensifient sur Rafah, l’acheminement de l'aide à Gaza, qui reste imprévisible, a pu donner l’impression d’une amélioration mais la réponse humanitaire est en réalité sur le point de s'effondrer, avertissent 20 agences d'aide. Les dernières attaques israéliennes sur un camp de déplacés près des installations d'aide de l'ONU à Rafah auraient tué des dizaines de personnes, dont des enfants, et en auraient blessé beaucoup d'autres. La capacité d'intervention des ONG et des équipes médicales s'est effondrée, les solutions temporaires comme un "quai flottant" et de nouveaux points de passage n'ayant que peu d'impact.