Goto main content

Les États africains contre l’utilisation des armes explosives en zone peuplées

Mines et autres armes
Mozambique

Handicap International (HI) organise les 27 et 28 novembre à Maputo, capitale du Mozambique, une conférence régionale sur les bombardements des civils. Cette conférence réunira près de 20 États, 10 organisations de la société civile africaines et des ONG internationales. Objectif : sensibiliser les pays africains à cet enjeu crucial et les inciter à s’engager au niveau international pour protéger les civils des effets dévastateurs liés à l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées. 

Alma Al Osta, responsable plaidoyer armes chez HI, lors d’un atelier de sensibilisation sur l’utilisation des armes explosives en zones peuplées à Genève en début de septembre dernier. | © Handicap International

Quel est le but de cette conférence ?

Le but de cette conférence est de sensibiliser et échanger des informations clés sur l’utilisation des armes explosives et leurs conséquences humanitaires dévastatrices sur les populations locales. HI espère que ces discussions favoriseront l’émergence d’un groupe d’Etats africains actifs sur le projet d’une déclaration politique visant à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour le moment seuls deux Etats africains, le Mozambique et le Sénégal, participent à ce processus diplomatique.

Qui sera présent lors de cette conférence ?

HI attend 35 représentants de 20 États africains :l’Angola, le Botswana, le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, la Cote D’Ivoire, l’Ethiopie, le Liberia, le Kenya, Madagascar, le Mali, le Mozambique, le Nigeria, le Sierra Leone, le Sénégal, la Somalie, l’Afrique du Sud, le Togo, l’Ouganda et la Zambie. 5 ONG internationales et agences des Nations unies sont aussi attendues. Le ministre des Affaires étrangères du Mozambique.

Quels seront les sujets abordés lors de cette conférence ?

5 sujets seront abordés : les conséquences désastreuses pour les civils de l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées (blessures et traumatismes, destruction d’infrastructures et d’habitations, déplacement de population, …), les différents acteurs qui utilisent des armes explosives et les contextes dans lesquels ils y ont recours ; les différents types d’armes explosives utilisées (mines anti- personnel, missiles, grenade, …)  et enfin le cadre légal, les politiques et pratiques permettant un meilleur contrôle de l’utilisation de ces armes dans les zones peuplées.

Pourquoi le choix du continent africain ?

De nombreux pays africains ont été ou sont encore le théâtre de conflits armés comme le Tchad, le Soudan du Sud, la Somalie ou encore le Nigeria. La question de l’utilisation des armes explosives et de leur impact sur les populations civiles les concerne donc au premier chef. De plus l’Union africaine[1] a fait de la protection des civils une de ses priorités. Les États africains mettent aussi l’accent sur la prise en charge des victimes d’où l’initiative de HI d’organiser cette conférence sur le continent africain. Enfin, l’engagement des États africains sur la scène internationale peut avoir une vraie influence en faveur d’une meilleure protection des personnes affectées par les conflits.

Le continent connait aussi depuis ces dernières années une expansion de ses zones urbaines qui peuvent être un jour en proie à un conflit et devra traiter la question des conséquences dont les risques des restes d’armes explosives dans les milieux urbains. HI se donne donc comme mission, lors de cette conférence, de sensibiliser tous les acteurs ayant la possibilité d’agir contre l’utilisation des armes explosives.

 

[1] L’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) fondée en 2002 a pour but la promotion de la démocratie, des droits de l’Homme et de l’investissement sur le continent africain.

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

ÉTATS-UNIS

Mica BEVINGTON

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques Mines et autres armes

Augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques

L'Observatoire des mines 2022 fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines – dont les mines improvisées et les restes explosifs de guerre - pour la septième année consécutive. L'Observatoire a enregistré 5 544 victimes en 2021. 75 % d'entre elles étaient des civils.Ce chiffre élevé est principalement le résultat de l'augmentation des conflits armés et de la contamination par les mines improvisées depuis 2015. L'utilisation de mines par les armées de la Russie et du Myanmar, ainsi que par des groupes armés non étatiques dans cinq pays, sont les principaux facteurs d'une forte augmentation mondiale de l'utilisation de ces armes en 2022.

Les États se réuniront à Genève du 21 au 25 novembre pour la 20e conférence annuelle du Traité d'Ottawa qui interdit les mines. Alors que nous célébrons les 25 ans de ce traité, HI exhorte les États à faire pression sur les parties au conflit pour qu'elles mettent fin à l'utilisation de ces armes barbares et à soutenir le financement de l'aide aux victimes qui se réduit malgré des besoins croissants et un nombre élevé de victimes ces dernières années.

Lire le rapport au complet en anglais.

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.
© G. Lordet / HI
Mines et autres armes

80 États entrent dans l'histoire en approuvant l'accord international contre les bombardements sur les villes.

Reconnaissant les conséquences humanitaires dévastatrices des bombardements et des pilonnages des villes, 80 États ont adopté un accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, lors de la conférence de Dublin, le 18 novembre 2022.

Le jour où j’ai marché sur une mine, mon destin a été tracé
© J. M. Vargas / HI
Mines et autres armes

Le jour où j’ai marché sur une mine, mon destin a été tracé

Marta Quintero travaille depuis 7 ans sur les opérations de déminage de HI en Colombie. Elle œuvre pour l’avenir de son pays grâce à une détermination sans faille, fruit de son histoire personnelle.