Goto main content

Mozambique : les survivants handicapés ont besoin d’une aide plus importante

Urgence
Mozambique

© C.Briade/HI

Un état des lieux par Claude Briade, responsable de la communication de HI, depuis Beira (Mozambique).

L’étendue des dégâts

Je suis arrivé à Beira le 28 mars. La descente en avion nous a permis de prendre la mesure des destructions : de larges bandes de terre étaient sous l’eau. On pouvait voir des milliers de maisons détruites et de constructions endommagées. 

Constructions fortement endommagées par les vents du cyclone dans le district de Buzi (Mozambique) ©C.Briade / HI

La priorité : améliorer l’accès à l’aide humanitaire

Les premiers jours, j’ai accompagné les experts HI en logistique dans leurs déplacements destinés à trouver les moyens d’améliorer l’acheminement de l’aide humanitaire : déblaiement des débris, établissement de nouvelles routes pour rallier les zones isolées, coordination des transporteurs, etc. La situation était particulièrement complexe en raison de l’ampleur des inondations coupant toutes les voies d’accès à certaines zones mais grâce aux efforts humanitaires conjugués, elle s’améliore rapidement.

Un membre de l’équipe logistique de HI suit le déroulement du déblaiement d’une route à Beira (Mozambique) ©C.Briade / HI

Résilience de la communauté

En visitant divers endroits jalonnant la région touchée, j’ai été frappé par la résilience des survivants que j’ai rencontrés. Les habitants de la région ont tout de suite réagi, en se portant secours, en se soutenant les uns les autres et en se lançant dans la reconstruction.

Une femme et trois enfants devant leur maison endommagée ©C.Briade / HI

Pour les personnes aux besoins spécifiques, le rétablissement s’annonce compliqué 

Toutefois, il apparaît tout que pour certaines personnes, les problèmes à affronter sont de taille : des personnes âgées doivent rester debout de longues heures pour faire la queue pour obtenir une aide alimentaire ou autre ; des femmes enceintes ou de jeunes mères sans foyer, des personnes en situation de handicap physique ou mental ont du mal à accéder à l’aide ou à l’information sur les services disponibles. HI œuvre pour s’assurer que ces personnes ne sont pas laissées pour compte et qu’elles reçoivent le soutien dont elles ont besoin.

Une femme âgée assise dans la foule à Estaquinha (Mozambique) ©C.Briade/HI

L’action de HI

•    Déblaiement des débris dans la ville de Beira
•    Amélioration de l’accessibilité dans la province de Sofala (110 000 habitants)
•    Distribution de nourriture à plus de 11 000 foyers pendant 3 mois
•    HI continue de récolter des fonds afin de fournir un soutien spécifique aux plus vulnérables.

Fabrice François Renoux, coordinateur logistique HI, rassemble des informations à Estaquinha (Mozambique) ©C.Briade / HI

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Nous voulons vivre en sécurité, en paix et libres : l’appel de Jean, déplacé au Nord-Kivu

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

Au milieu des affrontements qui secouent le Nord-Kivu, Diela apprend à marcher

Maria et Diela sont arrivées au camp de déplacés de Bulengo en février 2024. La petite de 2 ans avait des retards de développement, qu’elle commence à rattraper grâce à un accompagnement spécialisé.

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.