Goto main content

Reema : « Mon vœu le plus cher, retourner dans mon village et retrouver ma maman »

Inclusion Réadaptation
Népal

Reema, 14 ans, a été abandonnée à ses 6 ans. Atteinte de phocomélie à sa naissance (malformation congénitale), elle n’a pas marché pendant des années. Avec le soutien de HI, elle a reçu une prothèse et suivi des séances de réadaptation. Aujourd’hui, Reema va à l’école et s’entraine chaque matin pour devenir danseuse.

Reema Puri, 14 ans, est née avec la phocomélie, une malformation congénitale, son pied était fixé directement à son genou.

Reema Puri, 14 ans, est née avec la phocomélie, une malformation congénitale, son pied était fixé directement à son genou. | © Elise Cartuyvels/HI

Reema danse, avec grâce et joie, entourée d’une quinzaine d’enfants, tous plus jeunes qu’elle.  Tout le monde la regarde, admiratifs.  « Reema vivait dans un district à l’ouest du Népal, loin d’ici. Quand elle est arrivée à l’orphelinat, elle avait six ans. Son père est décédé quand elle était très petite, sa maman l’a abandonnée. Atteinte d’une malformation congénitale (phocomélie) – son pied était rattaché à son genou, elle ne savait pas se déplacer toute seule. Je la portais partout dans Katmandou. Je me rappelle encore les regards insistants dans la rue : ‘elle est déjà mère à son âge ?’ ‘cette enfant est une handicapée ’. Je considère Reema comme ma fille », raconte Uma, coordinatrice de l’orphelinat à Katmandou.

Après des années d’immobilité, Reema, 9 ans, raconte son histoire à un journaliste local, l’article est publié. HI est informée au sujet de son histoire, la rencontre et examine l’état de sa jambe gauche. Elle est amputée immédiatement. HI lui donne une prothèse et lui fait suivre des séances de réadaptation. « Pour la première fois, on a vu Reema marcher. Peu de temps après, elle s’est mise à la danse. Un miracle », se rappelle Uma.

Avril 2018, Sudan Rimal, kiné pour HI, rend visite à Reema et examine sa jambe: « Son moignon manque de fermeté, Reema doit faire plus d’exercices pour muscler sa jambe. Elle va revenir prochainement au centre de réadaptation, afin qu’on réajuste sa prothèse ».

Aujourd’hui, Reema poursuit ses cours de danse tous les matins avant l’école. Devenir danseuse est son rêve. « Avec celui de retourner dans mon village natal, et de retrouver ma maman, mes frères et mes sœurs. J’imagine que je dois avoir une grande famille ».  Uma ajoute : « Je l’y emmènerai un jour, je le lui ai promis ».

Nos actions par pays

RELATIONS PRESSE

CANADA

Fatou Thiam

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »
© Shumon Ahmed/HI
Droits Réadaptation Santé Urgence

Journée mondiale des réfugiés : « Nous ne pouvons pas oublier les Rohingyas ! »

Aujourd'hui, Cox's Bazar abrite près d'un million de réfugiés Rohingyas. 12% de ces apatrides sont des personnes handicapées.

Devenir actrice du changement de regard sur le handicap
© Mangafeo / HI
Inclusion

Devenir actrice du changement de regard sur le handicap

Norcia a la chance de s’épanouir à l’école grâce à l’éducation inclusive. À 17 ans, elle est devenue ambassadrice pour HI, et contribue à la promotion de l’inclusion à Madagascar.

Bonnes nouvelles - Mai 2024
© Mangafeo / HI
Droits Inclusion Mines et autres armes Santé

Bonnes nouvelles - Mai 2024

Bonnes nouvelles en Mai chez Humanité & Inclusion : déminage en Colombie, réadaptation au Soudan du Sud et éducation inclusive à Madagascar.